Saint-Justin: la saga prend fin

Jean-Claude Gauthier... (Olivier Croteau)

Agrandir

Jean-Claude Gauthier

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Justin) La requête déposée devant la Commission municipale du Québec par Michel C. Cousineau contre Jean-Claude Gauthier est terminée. Le maire de Saint-Justin a présenté lundi soir des excuses publiques à l'endroit de M. Cousineau, ce dernier voulant que la calomnie dont il se dit victime de la part de M. Gauthier prenne fin une fois pour toutes.

Michel C. Cousineau... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Michel C. Cousineau

Olivier Croteau

M. Cousineau avait déposé au printemps 2016 une plainte à la Commission municipale du Québec contre le maire Gauthier. Il accusait le maire de manquement au code d'éthique des élus, soutenant que Jean-Claude Gauthier menait une campagne de salissage à son endroit depuis l'élection de novembre 2013 à laquelle les deux hommes étaient candidats à la mairie. M. Gauthier a toujours nié ces allégations.

La Commission municipale du Québec devait tenir une audience de la cause les 4 et 5 juillet au palais de justice de Shawinigan. Les deux parties ont toutefois convenu de se rencontrer en médiation le 3 juillet et une entente est intervenue, incluant une lettre d'excuses que devait présenter Jean-Claude Gauthier à la séance publique du conseil du 14 août, ce qui a été fait lundi.

«J'ai eu des différends importants avec M. Cousineau(...). J'ai toujours voulu agir à titre de maire pour le bien général de la population. Certaines actions que j'ai posées ont affecté M. Cousineau et telle n'était pas mon intention. Dans le cadre d'une médiation, j'ai compris que M. Cousineau avait été affecté de façon importante et, en ce sens, je m'excuse que cela ait eu un tel impact à son égard», a entre autres lu Jean-Claude Gauthier devant Michel C. Cousineau et la vingtaine d'autres personnes qui assistaient à la séance du conseil de Saint-Justin.

Si le conflit entre les deux individus a pris naissance durant la campagne électorale de 2013, la mésentente a pris une nouvelle tournure en décembre 2015. Jean-Claude Gauthier signait comme maire une plainte pour critiquer le travail de Michel C. Cousineau, président local du Noël du pauvre. La plainte a été rejetée par la haute direction du Noël du pauvre.

Rencontré à la fin de la rencontre, le maire Gauthier a refusé d'élaborer sur l'ensemble de l'entente, affirmant que la cour doit entériner le tout. Mais il se dit très à l'aise avec son contenu.

«On économise 6000 $ à la Municipalité en évitant d'aller en cour», se félicite M. Gauthier, en parlant des frais d'avocat reliés à sa défense.

M. Gauthier a toutefois déjà accumulé plus de 12 000 $ en frais d'avocat pour sa défense dans ce dossier, des frais qui sont réclamés à la Municipalité. Questionné à savoir s'il n'aurait pas pu s'excuser plus tôt pour éviter de tels frais aux contribuables de Saint-Justin, M. Gauthier a eu cette réponse.

«Je ne me mêle pas de ce que décide la Commission municipale. Moi, j'aime que la population décide que le plaignant ait raison ou pas. Et je me sens estimé de la population de Saint-Justin.»

Selon Michel C. Cousineau, c'est du bout des lèvres que Jean-Claude Gauthier a accepté de présenter des excuses lors de la séance de médiation. Malgré cette constatation, il accepte les excuses du maire.

«Je l'ai fait pour sauver de l'argent aux citoyens. Lui s'est pris un avocat, car c'est la Municipalité qui paie. Et il n'avait pas d'affaire à m'attaquer dans le dossier du Noël du pauvre. Mais tout ça aurait pu se limiter à un appel de sa part: il aurait pu m'appeler, s'expliquer, demander qu'on oublie ça. C'est tout ce que ça prenait», assure M. Cousineau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer