Plusieurs événements astronomiques à venir

Photo: Francois Gervais 21/06/17. Champlain, Observatoire du Cegep...

Agrandir

Photo: Francois Gervais 21/06/17. Champlain, Observatoire du Cegep de TR. Devoilement programmaiton estivale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Champlain) Il y aura de l'activité dans le ciel, au cours des prochaines semaines. Reste à voir si les nuages ou la pluie ne viendront pas tout gâcher pour les observateurs comme ce fut le cas à plusieurs reprises, cet été, à l'Observatoire de Champlain.

Samedi, par exemple, on sera au meilleur du passage annuel des Perséides, mais la météo ne sera pas de la partie. Et même s'il faisait beau, la Lune est autour de la moitié de sa phase et sera assez brillante pour gâcher un peu le spectacle des étoiles filantes.

Fort heureusement, le phénomène se poursuivra encore quelques jours, mais avec moins d'intensité toutefois, signale Julien Vassallo, enseignant de physique au Cégep et co-responsable de l'Observatoire.

L'Observatoire astronomique du Cégep de Trois-Rivières a néanmoins prévu de l'animation grâce à son ciel virtuel et les réservations se multiplient pour le week-end, dit-il.

Le mauvais temps s'est d'ailleurs présenté plus souvent qu'à son tour, au cours de l'été. Les soirées d'astronomie à l'Observatoire se termineront dans une semaine et sans vouloir faire de bilan de l'achalandage estival tout de suite, Alexandre Pétrin du Vieux Presbytère de Batiscan, un des responsables du volet touristique de ce site, indique que le nombre de visiteurs a été malgré tout «raisonnable».

«C'est sûr que lorsqu'il pleut, les gens ne viennent pas», fait valoir Julien Vassallo. L'Observatoire dispose toutefois d'un ciel virtuel projeté sur écran qui permet quand même de s'évader dans le merveilleux monde de l'astronomie et de s'amuser pendant une soirée.

Les Perséides proviennent des restes de la comète Swift-Tuttle. Les étoiles filantes qui reviennent chaque année sont produites par des particules de poussière ou de glace qui brûlent au contact de l'atmosphère et parfois par des bolides de la grosseur d'une balle de baseball, explique M. Vassalo. Le spectacle est donc sans danger.

Un phénomène un peu plus inquiétant se prépare toutefois pour le 12 octobre prochain alors qu'un astéroïde, le 2012 TC4, viendra faire une balade à proximité de la Terre. Sa grosseur est estimée par les astronomes entre 12 et 40 mètres de diamètre.

Julien Vassallo ne s'inquiète pas trop de sa présence, mais il le compare à l'objet qui est tombé en 2013 sur la ville de Chelyabinsk, en Russie.

Les dégâts de l'impact avaient été très localisés, rappelle-t-il. N'empêche que 1500 personnes avaient été blessées et 7000 bâtiments détruits.

D'autre part, le 21 août, la Mauricie sera témoin d'une éclipse solaire partielle d'une durée d'environ une heure et qui s'amorcera vers 13 h 22.

Les activités de l'Observatoire seront toutefois terminées, à ce moment-là. Il n'y a donc pas d'activité spéciale organisée si ce n'est que cet événement coïncide justement avec la rentrée scolaire des cégepiens.

M. Vassallo rappelle qu'il est très dangereux pour la vue d'observer directement le soleil, même une éclipse, à moins d'être muni de lunettes spécialement conçues que l'on peut se procurer dans des endroits spécialisés, comme la Maison de l'Astronomie, à Montréal ou par Internet. «Mais il faut se méfier des contrefaçons», prévient-il en préconisant plutôt l'achat de lunettes portant le nom de l'American Paper Optics.

Toutefois, il est possible de faire des observations indirectes amusantes et sécuritaires de cette éclipse s'il fait beau, précise-t-il. Le projet peut d'ailleurs être très amusant pour les enfants.

Il suffit d'utiliser une boîte rectangulaire dont on tapissera une des extrémités d'un papier blanc qui servira d'écran tandis qu'à l'autre extrémité, on fera un grand trou pour regarder vers le fond de la boîte et, au-dessus, on fait un autre trou qu'on recouvrira d'un papier d'aluminium.

Puis, on fera un trou minuscule à l'aide d'une aiguille dans l'aluminium. Il faut alors se tenir dos au soleil au moment de l'éclipse. La lumière solaire passera par le petit trou et sera projetée dans le fond de la boîte, ce qui permettra de voir passer graduellement la Lune sur le papier blanc. Bien qu'un simple boîte de céréales peut faire l'affaire, plus la boîte sera longue, plus l'image au fond sera grande.

M. Vassallo indique qu'une autre éclipse, totale cette fois, sera visible du Québec dans sept ans, le 18 avril 2024. Le meilleur endroit pour l'observer sera Drummondville, dit-il, bien qu'à Trois-Rivières, elle sera très près du 100 % aussi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer