Rencontre sur la téléphonie cellulaire: Solutions Ambra clarifie la situation

La téléphonie cellulaire sur la route 155 était... (Audrey Tremblay)

Agrandir

La téléphonie cellulaire sur la route 155 était au coeur d'une rencontre avec la firme Solutions Ambra.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Une délégation de la Haute-Mauricie a rencontré, jeudi matin, les spécialistes de la firme Solutions Ambra pour discuter de deux grands projets, celui du réseau cellulaire sur la route 155 et celui du service Internet haute vitesse aux collectivités. Il faudra toutefois faire preuve de patience, le premier projet pourrait être déployé en 2019 avec une mise en service graduelle.

«La dernière fois, on était confus au point de vue des chiffres, et même déçus. On a voulu éclaircir toutes les questions avec Solutions Ambra», a lancé le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Le montage financier était d'ailleurs au coeur des discussions. Il s'agit d'un projet qui pourrait avoisiner les 20 millions de dollars.

«C'est plusieurs millions de dollars, c'est très complexe parce que les sites sont éloignés, ce qui fait augmenter les budgets. Ça dépend de l'endroit où sont situé les tours», a indiqué Éric L'Heureux de Solutions Ambra.

Un premier projet a été déposé au programme «Brancher pour innover» qui investira 500 millions de dollars d'ici 2021 pour fournir des services Internet haute vitesse fiables aux collectivités éloignées du Canada.

«On a soumis un dossier à ce programme pour couvrir ces résidents-là avec Internet. On attend des réponses pour le mois de septembre», a noté Éric L'Heureux.

Le deuxième dossier, celui de la route 155 est un peu plus complexe pour sa part. Il nécessite plus de subventions pour être lancé.

«On dépend de subventions additionnelles pour l'opération de ce réseau-là étant donné qu'il n'y a pas de population le long de la route. Ça ne compense pas pour les dépenses engendrées par ces tours. On travaille avec les gouvernements provincial et fédéral pour aller chercher des fonds pour assurer une pérennité. Ce n'est pas seulement de construire, mais aussi d'opérer ces sites-là à long terme. C'est là-dessus qu'on travaille», explique M. L'Heureux.

Le projet en tant que tel consiste à l'implantation de sept tours au total, dont cinq qui vont desservir les municipalités de Lac-Édouard, Parent, Lac-à-Beauce et La Bostonnais.

«Les programmes financent l'implantation des tours, mais pas l'opération des tours. C'est pour cette raison qu'il faut distinguer les deux projets. On doit se concentrer dans les endroits où il y a une clientèle suffisante pour assurer la viabilité des projets. Ce n'est pas facile», a commenté le directeur forestier et responsable du développement économique de la Ville de La Tuque, Patrice Bergeron.

«C'est une entreprise privée et elle doit y trouver son compte et c'est bien normal», a-t-il ajouté.

C'est d'ailleurs la rentabilité qui pose problème au projet de téléphonie cellulaire sur la route 155. À l'heure actuelle, aucun programme ne répond aux besoins de ce dossier.

«Le CRTC travaille sur un gros programme de 750 millions. Beaucoup de gens attendent ça pour construire sur des sites éloignés. On continue de travailler avec le gouvernement fédéral pour avoir plus de détails sur ce programme. C'est important», lance Éric L'Heureux.

Sans cet argent, tous les dirigeants s'entendent pour dire qu'il sera impossible de rendre accessible la téléphonie cellulaire sur la route 155. D'ailleurs, on se réjouissait de savoir que le premier ministre du Canada Justin Trudeau avait fait preuve de beaucoup d'ouverture lors d'une récente rencontre concernant ce dossier.

«On veut que La Tuque soit prioritaire», insiste Patrice Bergeron.

Le maire de La Bostonnais, Pierre-David Tremblay, qui met beaucoup de pression pour faire avancer les deux projets, s'est dit satisfait de la rencontre.

«C'était une rencontre très importante aujourd'hui. Je suis très optimiste par rapport au dossier. Il faut continuer à mettre de la pression politique et surtout ne pas baisser les bras. Ce sont deux dossiers qui se ressemblent, mais deux dossiers complètement différents. Il va y avoir une participation financière des municipalités pour ce qui est du service aux communautés et pour ce qui est de la route ça va devoir passer nécessairement par du financement qui vient du gouvernement», a-t-il commenté.

Ce dernier avait vivement dénoncé, mercredi, un incident sur la route 155 où un camionneur a dû détacher lui-même sa remorque, dont le chargement était en feu, avant de parcourir plusieurs kilomètres pour contacter les secours en raison de l'absence de téléphonie cellulaire.

Couillard réagit

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a lui aussi dénoncé la situation jeudi.

«C'est terrible, croit-il. C'est de juridiction fédérale, mais on ne va pas hésiter à participer financièrement également aussitôt que le gouvernement canadien va lever la main. Ce n'est pas une question de confort, mais de sécurité. M. Justin Trudeau est venu dernièrement et a très bien entendu la situation, on espère une bonne nouvelle bientôt», a-t-il dit en entrevue avec Le Quotidien.




À lire aussi

  • Cellulaire sur la 155: un nouvel incident s'ajoute

    Actualités

    Cellulaire sur la 155: un nouvel incident s'ajoute

    La route 155 a encore été le théâtre d'un incident dans la nuit de mardi à mercredi. Un nouvel épisode qui ramène, une fois de plus, le débat de la... »

  • <em>Une question de sécurité</em>

    Éditorial

    Une question de sécurité

    Voilà la goutte qui devrait, dans un monde normal, faire déborder le vase. Cet incident survenu sur la route 155, plus tôt cette semaine, quelque... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer