«Cédrika est restée dans la mémoire de tout le monde»

«Il y a un avant (la disparition), un... (Sylvain Mayer)

Agrandir

«Il y a un avant (la disparition), un pendant et un après.» - Martin Provencher.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «C'est un événement qui change une vie. Ça change tout dans la vie d'une famille. Tu bâtis autour de tes enfants, c'était un choix d'avoir des enfants. Perdre un enfant, c'est énorme. Tu ôtes un gros morceau. Et être des années sans savoir, c'est énorme.»

Cédrika Provencher... - image 1.0

Agrandir

Cédrika Provencher

Le 31 juillet 2007, Martin Provencher était plongé dans un tourbillon qui allait se transformer en drame: il apprenait de la bouche de son ex-conjointe que leur fille Cédrika était introuvable.

L'histoire a fait le tour du Québec. La jeune fille de presque 10 ans jouait dans le secteur de la rue Chapais à Trois-Rivières lorsqu'elle a mystérieusement disparu. Elle devait rentrer chez elle vers 20 h. Elle n'a plus jamais donné signe de vie.

«Cédrika avait sa montre, elle était fiable. Elle nous appelait à l'heure pile à laquelle elle devait rentrer pour nous demander si elle pouvait rester 15 minutes de plus», se souvient M. Provencher, lors d'une entrevue accordée sur un banc de parc de la roseraie Cédrika-Provencher, à quelques rues du lieu de sa disparition.

Dix ans ont passé depuis la disparition de Cédrika. Son père ne compte plus les entrevues qu'il a accordées depuis les tristes événements qui se sont soldés en décembre 2015 avec la découverte des ossements de sa fille dans un boisé de l'est de Trois-Rivières. Il se souvient des recherches lancées le soir même avec des parents et des amis. Il se rappelle que des passants, qui se demandaient ce qu'il faisait à arpenter le secteur avec sa lampe de poche, se sont joints à lui pour trouver une petite fille dont le prénom sera connu de tout le Québec.

«Faites juste imaginer que vous perdez votre enfant 30 secondes dans un centre d'achats... Tu penses pas que ça peut t'arriver à toi. C'est un moment de panique. T'arrives, les policiers sont là. Il y a tellement d'émotions. C'est comme un mauvais rêve. Toute la nuit, on l'a cherchée. Tu sais qu'elle peut être perdue, qu'elle s'est peut-être blessée dans le bois. Et les premières heures, t'es devant la situation. Et tu vois le temps passer. Tu regardes le temps. Si elle est quelque part, elle peut être encore plus loin. Le temps est important. Il est le pire ennemi.»

La disparition de la fillette entraîne une mobilisation de la population. En plus des nombreux policiers qui se lancent à sa recherche, fouillant les moindres herbes hautes et regardant derrière les cabanons, des centaines de bénévoles accourent sur les lieux dans les heures qui suivent pour donner un coup de main.

Cette affiche de Cédrika Provencher a été placée... (Stéphane Lessard) - image 2.0

Agrandir

Cette affiche de Cédrika Provencher a été placée à de nombreux endroits dans le but de la retrouver.

Stéphane Lessard

L'histoire fait la manchette des journaux et est retransmise par les stations de radio et de télévision. Martin Provencher et son père, Henri Provencher, s'adressent régulièrement aux médias avec l'objectif de maintenir la vigilance du public dans le but de retrouver Cédrika.

«On a vu beaucoup de dossiers d'enfants disparus tomber dans l'oubli. Ce n'est pas ce qu'on voulait. On est ''chanceux'' d'avoir un dénouement. Plusieurs familles ne savent pas. Cédrika est restée dans la mémoire de tout le monde. C'est ce que les chasseurs me disaient. L'histoire a été très médiatisée, tout le monde était aux aguets», raconte M. Provencher, qui remercie une fois de plus la population, les médias et les policiers pour leur contribution et leur travail dans le but de retrouver Cédrika.

Lorsque Martin Provencher parle des trois chasseurs, il fait référence aux trois hommes qui ont trouvé les restes de Cédrika dans un boisé de l'est de Trois-Rivières, en décembre 2015. Plus de huit ans se sont écoulés entre la disparition de sa fille et la découverte de son corps.

Pendant toutes ces années, la famille Provencher disait qu'elle était toujours à la recherche d'une personne vivante. La fin de l'histoire a été tout autre.

«On voulait la retrouver vivante, c'est ce qui nous faisait avancer, c'est ce qui nous permettait d'avoir de l'espoir. Mais les probabilités étaient minces. Il faut être logique à tout ce qui peut arriver. On a eu le temps de voir toutes les possibilités.»

La mort de Cédrika faisait partie de ces possibilités. C'est le message qui a été annoncé à la famille par les policiers, en décembre 2015.

«La peine est énorme, confesse Martin Provencher, les yeux embués. Mais au moins, tu peux savoir ce qui est arrivé. C'est comme une délivrance de savoir qu'on l'a retrouvée. T'apprends la mort de ton enfant et c'est une délivrance... C'est énorme comme sentiment! Tu te remets en question sur le sentiment que tu vis. C'est un mélange de sentiments. La nouvelle n'est pas drôle, la peine est là, mais je peux savoir... Ne pas savoir est la pire des choses. Je plains les familles qui ne savent pas. Quand on a la ''chance'' de savoir, ça permet de passer à une autre étape. On peut arrêter de chercher. Ça permet de cheminer.»

Neuf ans se sont écoulés entre la disparition de Cédrika et ses funérailles, en août 2016. Cette cérémonie a permis à Martin Provencher de passer à une autre étape dans sa vie.

«Il y a un avant (la disparition), un pendant et un après. J'ai perdu des années de souvenirs de Cédrika, car on était concentré dans les recherches. J'ai encore tous ses effets personnels qui sont rangés. J'ai encore ses souliers pleins de sable qui étaient en bas des marches, mais tu peux pas les laisser en bas des marches. Elle est encore présente. Mais la vie continue. La vie se doit de continuer.»

À écouter parler Martin Provencher, sa fille Cédrika a eu une courte vie bien remplie. Il s'est plu à revoir récemment des images de sa fille, alors qu'il a fourni des vidéos de famille à Ici Radio-Canada Mauricie pour la réalisation d'un documentaire qui sera télédiffusé samedi soir.

«J'ai des souvenirs qui reviennent. J'ai revu des images de Cédrika vivante! Ça fait du bien. Pour une population, Cédrika est une image, car les gens ne la connaissent pas. Nous, on a plein de souvenirs. De revoir ses mimiques, ça fait du bien. Ça fait wow! Et ce n'est pas quelque chose que tu te permets souvent. Revoir des images que tu as mises de côté pendant des années, ça jette à terre émotivement. Ça fait partie du quotidien de reprendre contact avec plein de souvenirs de Cédrika. Personnellement, je ne me donnais pas le droit de le faire. Ça a été un très gros combat, une très grosse épreuve, mais tu dois continuer à vivre, retourner travailler. Tu fais du mieux que tu peux.»

Ce ne sont pas les souvenirs qui manquent. Martin Provencher retrouve le sourire lorsqu'on l'invite à décrire Cédrika.

«Elle était enjouée, elle était présente, pis elle avait de la placote autant que Mélissa (la soeur de Cédrika). Elle parlait toujours. Elle était une vieille âme. Mes voisins la connaissaient! Elle aurait pu être là en ce moment, vous auriez pu avoir une conversation d'une heure avec elle. Elle était débrouillarde, aidante. Cédrika était vivante.»

Karine Fortier et Martin Provencher, les parents de... (Stéphane Lessard) - image 3.0

Agrandir

Karine Fortier et Martin Provencher, les parents de Cédrika, photographiés en août 2007.

Stéphane Lessard

Dix ans en dix temps

31 juillet 2007

Cédrika Provencher est portée disparue. Elle était à la recherche d'un chien.

3 août 2007

La thèse de l'enlèvement est pour la première fois évoquée.

13 août 2007

Karine Fortier, la mère de Cédrika Provencher, lance un véritable cri du coeur dans le but de retrouver sa fille.

Cette Acura rouge est identique à celle qui... (Olivier Croteau) - image 4.0

Agrandir

Cette Acura rouge est identique à celle qui a été vue lors de l'enlèvement de Cédrika Provencher.

Olivier Croteau

6 septembre 2007

La Sûreté du Québec dévoile la description d'un suspect et de son véhicule: une Acura rouge.

31 juillet 2008

Mille personnes participent à la messe soulignant le premier anniversaire de la disparition de la jeune fille.

Me Guy Bertrand... (Francois Gervais) - image 5.0

Agrandir

Me Guy Bertrand

Francois Gervais

9 juin 2009

L'avocat Guy Bertrand arrive dans le dossier comme procureur indépendant. Le célèbre criminaliste de Québec se met à la disposition de tout témoin qui pourrait fournir des confidences permettant de retrouver la jeune fille. Une prime de 170 000 $ est offerte.

10 août 2010

La Fondation Cédrika-Provencher voit le jour.

Sébastien Lupien, Pascal Lanthier et Martin Lanthier sont... (Sylvain Mayer) - image 6.0

Agrandir

Sébastien Lupien, Pascal Lanthier et Martin Lanthier sont les trois chasseurs qui ont trouvé les ossements de Cédrika Provencher.

Sylvain Mayer

11 décembre 2015

Trois chasseurs, Sébastien Lupien, Martin Lanthier et Pascal Lanthier, découvrent des ossements humains dans un boisé du secteur est de Trois-Rivières. La SQ confirme le lendemain que les ossements retrouvés sont ceux de Cédrika Provencher.

25 août 2016

Les funérailles de Cédrika Provencher ont lieu.

30 août 2016

Le Trifluvien Jonathan Bettez comparaît au palais de justice de Trois-Rivières pour des crimes concernant la pornographie juvénile. Même s'il a été soupçonné dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, il n'a jamais été accusé dans ce dossier.




À lire aussi

  • Cédrika, déjà dix ans

    Actualités

    Cédrika, déjà dix ans

    Il y a déjà dix ans que l'enfance d'une fillette de Trois-Rivières s'est brutalement arrêtée. Alors qu'elle profitait d'un bel été avec ses proches,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer