«Lise est notre petit miracle»

Lise Couture, à gauche, était accompagnée de ses... (Olivier Croteau)

Agrandir

Lise Couture, à gauche, était accompagnée de ses tantes Kathleen et Nicole lors de la séance de magasinage avec sa mère biologique.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amélie Houle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À 55 ans, Lise Couture, cette dame de Lévis qui avait lancé un véritable cri du coeur dans les médias pour retracer sa mère biologique, l'a finalement retrouvée à Trois-Rivières, le 10 février dernier. Après plusieurs mois d'attente et de démarches auprès des services adaptés pour permettre à sa mère de sortir de sa résidence de Trois-Rivières, l'excitation était à son comble pour Mme Couture qui a réalisé un rêve de jeunesse cette semaine, soit celui d'effectuer une première sortie mère-fille avec sa mère biologique. Et quoi de mieux qu'une séance de magasinage au centre commercial pour immortaliser le tout.

C'est le cas de le dire, les yeux pétillants et la bonne humeur étaient au rendez-vous, au centre commercial Les Rivières, alors que Lise Couture et sa mère s'apprêtaient à s'offrir une séance de magasinage mère-fille pour la toute première fois. 

C'était donc une journée de premières pour la dame âgée de 75 ans qui, après plus d'une dizaine d'années passées dans des résidences pour aînés, quittait son logis pour vivre ce moment unique avec sa fille. «Même si elle ne peut pas le démontrer comme nous, je trouve qu'elle a l'air bien ce matin, mais je pense que je suis plus énervée qu'elle en ce moment. J'ai même eu de la difficulté à dormir cette nuit, puisque j'avais hâte de vivre ce moment», avoue Mme Couture.

En raison de la condition de santé de la dame âgée de 75 ans qui est sous la protection de la curatelle publique, son identité ne peut cependant être dévoilée publiquement. 

Rappelons qu'après plus de cinquante ans de recherches, Mme Couture, de Lévis, avait lancé un cri du coeur lors d'entrevues médiatiques, notamment dans le quotidien Le Soleil et à LCN pour faire adopter le projet de loi 113 qui a pour effet de faire passer le droit à l'identité devant le droit à la confidentialité. C'est d'ailleurs grâce à ces apparitions dans les médias que son histoire a attiré l'attention d'une de ses tantes biologiques qui avait reconnu son histoire. 

La bonne humeur était donc contagieuse dès l'arrivée des deux dames en service adapté au centre commercial Les Rivières. Loin de vouloir vivre ce moment seule avec sa mère biologique, les tantes de Mme Couture, Nicole et Kathleen, souhaitaient elles aussi venir partager cet événement bien spécial avec leur soeur. 

«C'était important pour nous d'être ici, car Lise est notre petit miracle. Si elle n'avait pas été ici, ma soeur n'aurait jamais vécu ce moment avant la fin de sa vie. En plus, ce qui est beau à voir, c'est que ma soeur a un contact avec sa fille qu'elle n'a jamais eu avec nous», souligne sa soeur Nicole. 

De vitrine en vitrine, les moments magiques et les sourires se sont ainsi succédé pour Lise Couture et sa nouvelle famille. 

«Ma mère adorait magasiner auparavant, c'est pourquoi nous avons décidé de venir ici. Je trouve ça beau de la voir, car elle regarde les vêtements dans les vitrines et ça lui permet de redécouvrir les magasins après plus de 20 ans sans y avoir mis les pieds», avoue-t-elle.

Pour faire le bonheur de la dame de 75 ans, certaines boutiques et restaurants bien précis étaient incontournables pour rendre cette journée unique. Manger une poutine et une énorme crème glacée était d'ailleurs dans la liste de souhaits de la septuagénaire.

Retrouver sa mère biologique, une priorité

Après plus de 50 ans à chercher activement sa mère biologique, Mme Couture souhaitait plus que tout retrouver ses racines familiales. «Je dois dire que cette rencontre a changé ma vie, je suis sur un nuage depuis le 10 février dernier, car ma mère est une perle. Pour moi, je ne pouvais pas mourir sans avoir vu ma mère au moins une fois dans ma vie», confie-t-elle.

Même si Kathleen était pour sa part réticente à l'idée de présenter Lise à sa soeur au départ, ce sentiment est désormais tout autre aujourd'hui. «La réaction de ma soeur a été tout le contraire de ce que j'avais pensé. Avec l'arrivée de Lise, on voit un autre côté de notre soeur qu'on ne connaissait pas.» 

Pour la suite des choses, les sorties mère-fille ne devraient pas manquer, assure Lise, qui souhaite, en plus de revenir magasiner à de nombreuses reprises avec sa mère, faire une visite avec elle et ses tantes au parc portuaire de Trois-Rivières.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer