Le maire de La Tuque réplique aux accusations d'un conseiller

L'ambiance est tendue entre le conseiller Luc Martel... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'ambiance est tendue entre le conseiller Luc Martel et le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, s'était fait bref dans ses commentaires entourant la plainte en éthique et déontologie déposée contre lui à la Commission municipale du Québec (CMQ). Pour la première et dernière fois, il s'est expliqué à la suite des dernières sorties publiques du conseiller Luc Martel.

«C'est un dossier politique et non éthique. [...] Pour un dossier de 89 $, il me fait perdre mon temps, le temps des avocats... Il dit qu'il est le mouton noir. C'est lui qui s'est coloré en noir. Il a traité les autres conseillers d'autruches», a lancé le maire Beaudoin.

«Je peux comprendre qu'on arrive aux élections... Il faut d'abord faire une rétrospective. Luc a commencé à être frustré après une décision du conseil à la fin de la dernière année. [...] C'est tout simplement de la vengeance», insiste-t-il.

Même si le maire de La Tuque préférait plutôt parler des dossiers importants de la Ville, comme la bioraffinerie, la mini-centrale, les rénovations de la piste cyclable, il a voulu clarifier la situation qui s'envenime entre les deux politiciens.

Rappelons qu'en décembre dernier, le conseiller Martel s'était retiré temporairement du comité des finances de la Ville de La Tuque en attente des réponses sur les comptes de dépenses du maire de La Tuque. 

Luc Martel avait reçu, peu de temps après, une mise en demeure de Normand Beaudoin. 

«Luc Martel déblatère sur moi en ville sur des affaires personnelles, c'est pour ça que je lui ai envoyé une mise en demeure et non pas pour avoir critiqué ma gestion de Ville de La Tuque. C'est de là que vient la saga. À chaque occasion, il profite du crachoir, de la tribune pour en remettre», dénonce-t-il.

«Je suis vraiment déçu de Luc Martel, et pas parce qu'il a porté plainte contre moi. Il était sur le comité des finances. Il y avait un dossier de 27 millions de dollars, et pour 89 dollars, parce que monsieur était frustré, il s'est retiré. C'est bizarre. Il aurait quand même pu continuer. Quand ça ne fait pas son affaire, il lâche», note le maire de La Tuque. Ce dernier n'est pas sans faire de reproches au conseiller du district de Jacques-Buteux, Terrasse Saint-Maurice et Domaine Morency.

«Il me reproche un compte de 89 $, mais il faudrait que ses babines suivent ses bottines. Au tournoi de golf de la Fondation, il a demandé qu'on lui achète un billet à 125 $. Lorsqu'il a vu les équipes, il a décidé de ne pas venir. Il devrait suivre sa ligne de conduite».

«La vérité va sortir. Je n'ai plus l'intention de discuter de ça en public. Je ne réglerai certainement pas mes comptes dans le journal», a conclu le maire de La Tuque.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer