Vitesse sur la route 155: échanges houleux entre deux maires

Les limites de vitesse inquiètent le maire de... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Les limites de vitesse inquiètent le maire de La Bostonnais, Pierre-David Tremblay.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il y a moins d'un mois, le maire de La Bostonnais Pierre-David Tremblay a sonné l'alarme concernant la vitesse sur la route 155 et le chemin des Pionniers. Il est revenu à la charge lors de la dernière assemblée publique du Conseil municipal avec deux pétitions. L'intervention a même donné droit à des échanges parfois houleux entre les deux maires.

«Il faut ramener la vitesse pour des raisons de sécurité, de dangers imminents, de qualité de vie... Il faut harmoniser la vitesse à 50 km/h», a réitéré Pierre-David Tremblay, maire de la Municipalité de La Bostonnais.

Ce dernier s'est adressé au conseil municipal «en tant que citoyen» pendant plus de 20 minutes lors de la période de questions du public. Il a revu en détail son argumentaire concernant le chemin des Pionniers, c'est-à-dire la chaussée en mauvais état, l'augmentation du transport lourd, le partage de la route avec les marcheurs, cyclistes et chevaux...

Il en a profité pour déposer une pétition qu'il a lui-même initiée, tel qu'il l'avait annoncé en juin dernier.

«J'ai recueilli 112 signatures. Seulement quatre résidences ont refusé de signer et cinq autres que je n'ai pas réussi à joindre», a-t-il spécifié.

Pierre-David Tremblay a demandé à ce que chaque conseiller municipal se prononce sur la situation. Durant les échanges, le ton a monté d'un cran entre le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, et le maire de La Bostonnais.

«Je vais m'en occuper des citoyens moi, monsieur le maire», a lancé Pierre-David Tremblay.

La Ville a bien entendu les doléances de Pierre-David Tremblay, mais pas question d'abaisser la vitesse sans avoir préalablement étudié la question.

«Le chemin des Pionniers est de compétence municipale, c'est vrai. Cependant, au niveau des limites de vitesse il y a des critères à respecter. On se base sur les critères établis par le ministère des Transports et on les applique sur notre territoire. Ils doivent tous être pris en considération et on se doit de faire une analyse, autant au niveau de la vitesse qu'au niveau des dangers. Cette étude-là, nous sommes en train de la faire, on n'a pas encore les résultats pour soumettre une recommandation au conseil.  Si c'est favorable à sa demande, la vitesse sera modifiée», a souligné le greffier de la Ville de La Tuque, Jean-Sébastien Poirier.

«On a un modus operandi qui est égal partout. Quand des citoyens nous demandent de changer la vitesse, avant de procéder, on fait faire une étude. On ne peut pas réagir à chaque pétition. On serait comme des girouettes. Peut-être que ce sera justifié de baisser la vitesse à 50 km/h sauf qu'on va avoir respecté les critères», a ajouté le directeur général de Ville de La Tuque, Marco Lethiecq.

Le maire Tremblay est également revenu sur le tronçon de la route 155 qui sépare le camping La Tuque et le secteur Lac-à-Beauce où la vitesse varie plusieurs fois. Une autre pétition a été déposée au conseil municipal.

«À Saint-Roch-de-Mékinac, c'est 70 km/h, à Grandes-Piles, c'est 70 km/h, partout sur la route 155 en milieu urbanisé mis à part au Lac-à-Beauce la limite de vitesse est 70 km/h, Saint-François-de-Sale et Lac-Bouchette, c'est pareil», a-t-il indiqué.

La tension est encore montée d'un cran à ce moment entre Pierre-David Tremblay et Normand Beaudoin.

«Si vous êtes si fin que ça, faites-le!», a lancé le maire de La Tuque.

Le maire de La Bostonnais a pour sa part répliqué: «on peut vous remplacer monsieur le maire, ça s'en vient».

Normand Beaudoin se questionne même sur les intentions de son homologue de La Bostonnais.

«Monsieur Tremblay est au courant de tout ça. Il a participé au comité, il a fait ses commentaires et on lui a dit qu'il y avait des procédures. Peut-être qu'il s'en sert pour d'autres raisons. La sécurité des citoyens, c'est une de mes priorités. [...] Il faut prendre le temps de faire les études, et non pas se dépêcher de faire ça parce que les élections s'en viennent. On va suivre les procédures. Je peux me faire blâmer en attendant, mais ce n'est pas vrai que le dossier n'avance pas», a-t-il affirmé.

Analyse en cours

La Ville a fait savoir que c'est le ministère des Transports qui s'occupait de la route 155, que plusieurs demandes pour l'harmonisation des vitesses sur le tronçon entre l'entrée sud de la voie de contournement et le secteur du Lac-à-Beauce ont été faites et que le dossier progresse. Le ministère confirme d'ailleurs qu'au courant de l'été un relevé de vitesse sera réalisé. 

«Les résultats seront analysés et permettront d'harmoniser la limite de vitesse en fonction des limites affichées au lieu étudié, à proximité, des vitesses pratiquées par les usagers et des travaux à venir. Le résultat de l'analyse de la limite de vitesse, qui tient compte de l'environnement, des vitesses affichées et des vitesses pratiquées, doit représenter, sous certaines conditions, le point d'équilibre raisonnable entre mobilité et sécurité. Les résultats de l'analyse seront transmis à la Municipalité», a fait savoir le porte-parole régional du ministère Jean Lamarche.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer