Consternation dans la famille d'Alexandre Cazes

Alexandre Cazes a été retrouvé mort dans une... (Facebook)

Agrandir

Alexandre Cazes a été retrouvé mort dans une prison en Thaïlande.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Martin Cazes, le père de l'informaticien Alexandre Cazes retrouvé mort dans une prison en Thaïlande, a émis des doutes face aux circonstances de la mort de son fils. Si la thèse actuellement retenue pour expliquer le décès est celle du suicide, M. Cazes croit que son fils pourrait avoir été assassiné lors de son emprisonnement en Thaïlande.

La dépouille d'Alexandre Cazes sera rapatriée au Canada... - image 1.0

Agrandir

La dépouille d'Alexandre Cazes sera rapatriée au Canada

C'est avec un ton accablé que le père d'Alexandre Cazes s'est adressé aux animateurs de l'émission Midi Plus sur les ondes du 106,9 FM. Encore sous le choc des événements des derniers jours, il a déploré l'aura de mystère qui plane toujours sur la mort de son fils. «Les circonstances de son décès dans la prison en Thaïlande sont extrêmement nébuleuses. Le ministère des Affaires étrangères refuse quelque diagnostic que ce soit. Il a d'ailleurs exigé une autopsie», a-t-il souligné. 

M. Cazes a également soutenu que l'explication fournie par les autorités policières était une aberration. Selon la version officielle des faits, Alexandre Cazes se serait pendu à l'aide d'une serviette dans la salle de bain de la prison. Le père endeuillé croit plutôt que son fils pourrait avoir été victime d'un assassinat. «Je ne veux pas porter quelque accusation que ce soit, mais on connaît tous la réputation des forces de l'ordre étrangères. Je ne veux pas entacher leur travail, mais certaines choses sont possibles», a-t-il lancé.

Quoi qu'il en soit, les parents d'Alexandre Cazes veulent en avoir le coeur net. Sa mère est d'ailleurs partie en Thaïlande pour identifier le corps. Pendant ce temps, son père se demande comment un tel drame a bien pu toucher son fils. «Ça a toujours été un jeune homme sans histoire. Il n'avait pas de casier judiciaire, il n'avait jamais même fumé une cigarette. Il n'a jamais pris de drogue ni consommé d'alcool de façon excessive. C'était un garçon introverti, gentil et sans malice», se rappelle Martin Cazes. Les péripéties de son fils sont d'autant plus difficiles à accepter, puisqu'il ignore toujours ce que la police lui voulait. «Pour l'enquête, aucun chef d'accusation n'a été déposé. Il n'y a rien, c'est un mandat scellé. Tout fonctionne sur des suppositions», se plaint-il.

Au moment de l'arrestation d'Alexandre Cazes, le FBI et la GRC enquêtaient sur le dark market, une section cachée d'Internet où se déroulent des activités illicites. Le FBI et la GRC s'intéressaient particulièrement aux activités du site AlphaBay.

«Les enquêteurs essayaient de relier mon fils avec Alpha02, qui est l'un des propriétaires du site», explique M. Cazes. «Mon fils était un génie de l'informatique. Il avait sa propre compagnie, EBX Technologie, qui est une compagnie de programmation. Il fabriquait des sites Web, des programmes informatiques. C'est certain que si quelqu'un l'a approché pour fabriquer un marché, il ne savait peut-être pas à quoi il allait être destiné. C'est là que les choses ont dû devenir hors de contrôle. Si mon fils a fabriqué le programme, savait-il à quoi il allait servir? A-t-il été forcé à un moment donné? Je ne sais pas», ajoute-t-il.

Grâce à ses talents en informatique, Alexandre Cazes aurait amassé une fortune évaluée à 14 millions de dollars. Cette fortune proviendrait d'investissements dans la cryptomonnaie (Bitcoin, Zcash, Monero, etc.), dont la valeur a explosé au cours des dernières années. Il aurait d'ailleurs programmé des robots pour s'occuper des transactions. Aux dires de Martin Cazes, cette fortune aurait toutefois été saisie par le FBI. Le père se demande également comment son fils, avec les moyens dont il disposait, a pu se retrouver dans une telle situation. «Si tu possèdes une fortune de plusieurs millions, vas-tu risquer ta vie et ta réputation?», a avancé M. Cazes. 

Martin Cazes trouve également blessante la façon dont son fils est dépeint dans l'espace public. S'il est représenté comme un criminel aux goûts luxueux, il s'avère que la Lamborghini qu'il utilisait était louée. Quant aux trois maisons qui étaient à son nom, l'une d'entre elles était pour ses beaux-parents, et l'autre était en construction afin de pouvoir y aménager toute sa famille.

Alexandre Cazes aura droit à deux funérailles, l'une en Thaïlande, et l'autre au Canada. En attendant que sa dépouille soit rapatriée, son père ne peut que prendre son mal en patience. «Je ne peux pas faire grand-chose de plus que d'attendre les résultats de l'autopsie. On se retrouve pieds et poings liés à cause de la distance, des communications et des problèmes de langue», conclut M. Cazes.

Alexandre Cazes vivait en Thaïlande depuis environ quatre ans. Il était marié et sa femme était à environ un mois d'accoucher de leur fille.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer