Immortaliser les 50 ans du pont Laviolette

Deux kiosques photo ont été installés à l'occasion... (François Gervais)

Agrandir

Deux kiosques photo ont été installés à l'occasion des 50 ans du pont Laviolette.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les personnalités politiques de la région ont inauguré jeudi après-midi deux kiosques photo installés à l'occasion des 50 ans du pont Laviolette. Afin de souligner les liens créés par le pont, les kiosques ont été placés de part et d'autre du fleuve Saint-Laurent, au quai de Sainte-Angèle et au parc portuaire de Trois-Rivières.

Marc H. Plante, Jean-Guy Dubois, Julie Boulet, Yves... (Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

Marc H. Plante, Jean-Guy Dubois, Julie Boulet, Yves Lévesque et Pierre-Michel Auger sont venus inaugurer les kiosques photo commémorant le 50e anniversaire du pont Laviolette.

Sylvain Mayer

Les politiciens étaient nombreux à assister au dévoilement des deux kiosques photo. Ainsi, Julie Boulet, ministre du Tourisme, députée de Laviolette et ministre responsable de la Mauricie, Marc H. Plante, député de Maskinongé, Pierre Michel Auger, député de Champlain, Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières et Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour, se sont tous donné rendez-vous devant la nouvelle attraction. D'autres invités sont également venus couper le ruban, dont Maurice Richard, président-directeur général du parc industriel et portuaire de Bécancour, et Jean Lamarche, porte-parole régional du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des Transports. 

Mme Boulet a été la première à prendre la parole. L'ancienne ministre des Transports a rappelé le rôle essentiel du pont dans l'essor des deux rives. «Au cours des 50 dernières années, le pont Laviolette a fortement contribué au développement de la Mauricie et du Centre-du-Québec. En soulignant son anniversaire, nous mettons en valeur notre attachement à ce lien primordial entre les rives du Saint-Laurent. Longue vie au pont!», a-t-elle lancé.

Le développement rendu possible par le pont Laviolette a d'ailleurs été le point central des allocutions des politiciens. «Si on doit nommer l'infrastructure la plus importante pour le développement socio-économique des deux rives, c'est le pont Laviolette. N'eût été le pont, Trois-Rivières ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui, et Bécancour ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. C'est quelque chose de très important pour nous. C'était un investissement important à l'époque, mais on voit son importance avec le développement des deux rives», a affirmé M. Lévesque. 

Le maire de Trois-Rivières a toutefois soutenu que le lien humain construit par le pont était le lien le plus important. Dans la même veine, M. Plante a mis de l'avant les multiples rôles du pont. «On est fier de voir que le pont est un lien inestimable au niveau du développement économique, mais aussi social», a-t-il souligné. 

M. Dubois a pour sa part évoqué les fonctions historique et culturelle du pont Laviolette. «Je trouve que c'est une excellente idée de souligner le 50e anniversaire du pont. Ça a été un virage dans l'histoire économique, sociale et communautaire de Bécancour et Trois-Rivières. Ça a pris un certain nombre d'années pour réaliser l'importance que le pont avait, mais c'est maintenant un lien incontournable», a fait remarquer le maire de Bécancour. M. Richard a ajouté aux propos du maire que le pont permettait une collaboration étroite entre les deux régions. «Depuis maintenant 50 ans, le pont est le trait d'union qui démontre que la Mauricie et le Centre-du-Québec sont une entité commune. Il y a des affinités historiques entre les deux rives, et elles passent par ce lien historique», conclut-il.

Les kiosques photo, chacun étant une reproduction de la moitié du pont Laviolette, ont été assemblés à partir de pièces d'origine du pont. Ils sont l'oeuvre de l'artiste multidisciplinaire Annie Pelletier, et de l'atelier Silex. Notons que la Ville de Trois-Rivières, la Ville de Bécancour et le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des Transports ont investi 5000 $ chacun dans la réalisation du projet. 

La population est par ailleurs invitée à venir se prendre en photo devant les kiosques et à téléverser les images sur les médias sociaux en utilisant le #pontlaviolette50. Notons que d'autres activités soulignant le 50e anniversaire du pont seront annoncées à l'automne.

Le pont Laviolette en chiffres

Le pont Laviolette a été inauguré le 20 décembre 1967 par le ministre de la Voirie, Fernand-F. Lafontaine. À l'époque, le pont avait coûté 50 millions de dollars à réaliser; c'est l'équivalent d'un milliard de dollars en argent d'aujourd'hui. Depuis sa construction, le pont Laviolette a nécessité de 200 à 250 millions de dollars pour assurer son entretien. En ce qui concerne l'achalandage, le nombre quotidien de passages sur le pont Laviolette est passé d'environ 14 000 en 1975 à environ 38 000 en 2017.

Une traversée de plus pour la navette fluviale

Le maire de Trois-Rivières a profité de la tribune qui s'offrait à lui pour annoncer que la navette fluviale effectuerait désormais une traversée les samedis soirs. Ainsi, les 22 et 29 juillet, de même que le 5 août, les utilisateurs de la navette pourront traverser vers Bécancour à 22 h 30, et vers Trois-Rivières à 22 h 45. La navette effectuera également une traversée le soir du 12 août, mais les départs n'auront lieu qu'après les feux d'artifice du Grand Prix de Trois-Rivières.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer