Inondations: pas de perte totale dans la région

Selon le déput é Mrc H. Plante, personne dans... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Selon le déput é Mrc H. Plante, personne dans la région n'est présentement concerné par la possibilité de voir sa maison être démolie, puisqu'aucune perte totale n'a été enregistrée.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Louiseville) Devant les critiques qui se font entendre quant au contenu du décret présenté cette semaine par le gouvernement du Québec en lien avec les règles applicables en zone inondable, le député de Maskinongé Marc H. Plante a tenu à se faire rassurant, mercredi.

Selon lui, personne dans la région n'est présentement concerné par la possibilité de voir sa maison être démolie, puisqu'aucune perte totale n'a été enregistrée.

Rappelons que les résidences qui sont situées dans une zone 0-20 ans (probabilité de 5 pour cent qu'une inondation se produise chaque année) et qui sont considérées comme une perte totale, soit détruite à 50 % ou plus, ne pourront pas être reconstruites. Toutefois, cette règle n'est pas une nouveauté ajoutée au décret et faisait déjà partie de la loi, rappelle le député de Maskinongé.

«Je tiens à rassurer les gens parce qu'ici, dans la MRC de Maskinongé mais aussi partout en Mauricie, on n'a aucun dossier qui a été décelé perte totale. Maintenant, on a entendu les gens. Il y aura sûrement des modifications au décret, le ministre Coiteux va nous revenir avec ça prochainement», indique M. Plante. 

D'ailleurs, il a tenu à rappeler que ses collègues de la Mauricie ont aussi mis de la pression sur les ministres Coiteux et Heurtel pour accélérer la question du règlement de l'aide financière apportée aux sinistrés. 

«On a transmis le message à nos collègues. On espère que les analyses seront faites et que les dossiers seront réglés le plus rapidement possible pour permettre aux gens de rénover», ajoute-t-il.

Un point soutenu par sa consoeur de Laviolette, Julie Boulet, qui rappelle que 90 personnes ont été embauchées au ministère justement pour accélérer le traitement des demandes. 

«Ce qui est impératif, c'est d'accélérer le rythme de remboursement des gens pour qu'ils soient payés le plus rapidement possible, qu'ils procèdent aux réparations et qu'ils puissent réintégrer leur demeure si ce n'est pas déjà le cas», a-t-elle ajouté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer