Projet Ouest: début de l'enquête sur caution

L'enquête sur caution de cinq des 37 individus arrêtés dans le cadre du projet... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'enquête sur caution de cinq des 37 individus arrêtés dans le cadre du projet Ouest visant les motards criminalisés, a commencé, mercredi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Sylvain Berthiaume, Stéphane Denis, Christian Fortin, Kiven Ricard et Éric Sirois font en effet partie du premier groupe de prévenus qui tentent d'obtenir leur liberté pour la durée des procédures judiciaires. Tout dépendant des individus, ils font face à des accusations de gangstérisme, complot pour trafic de stupéfiants, trafic de stupéfiants et/ou recyclage des produits de la criminalité. De nouvelles accusations liées à la possession pour fins de trafic de stupéfiants, au recel et aux armes ont été portées par le ministère public mercredi. Celles-ci font suite aux perquisitions effectuées le 31 mai. 

Les audiences se déroulent devant le juge Jacques Trudel. Elles devaient durer trois jours mais à la lumière des plus récentes informations transmises par les avocats, elles pourraient s'étirer sur cinq jours. Mercredi, la majeure partie de la journée a consisté à présenter la preuve au tribunal. En ce sens, Me Julien Beauchamp-Laliberté à la Couronne a fait témoigner l'enquêteur principal au dossier. Par la suite, les avocats de la défense, Me Louis R. Lupien qui défend Éric Sirois et Christian Fortin, Me Yvan Braun pour Sylvain Berthiaume, Me Rachel Gagnon pour Stéphane Denis et Me Claude Boucher pour Kiven Ricard pourront le contre-interroger. Ces derniers auront ensuite des témoins à faire entendre pour faire valoir leur défense dont leurs clients, des personnes qui pourraient se porter garantes du respect des conditions et un expert en bracelets électroniques. Notons cependant qu'une ordonnance de non-publication nous interdit de relater la preuve et le contenu des témoignages. 

Rappelons que l'Escouade régionale mixte de la Mauricie a réalisé une frappe policière majeure le 31 mai en s'attaquant à des présumés membres d'un groupe de motards criminalisés, plus précisément les Deimos crew, un club-école des Hells Angels de Trois-Rivières. Selon les forces de l'ordre, cette organisation avait le contrôle exclusif de la vente de cocaïne, de méthamphétamines et du cannabis à Trois-Rivières, Shawinigan, Louiseville, Maskinongé et Portneuf.

Sur les 37 individus qui ont été arrêtés à ce jour, la plupart ont pu reprendre leur liberté avec de sévères conditions et des cautions à payer. Par contre, la Couronne s'est objectée à la remise en liberté de dix individus compte tenu des crimes qui leur sont reprochés, de leurs antécédents et de  leur implication dans l'organisation. Les 14, 15 et 16 août, ce sera au tour du Hells Angels Paul Magnan, de Jean-Claude Binet, de Sylvain Lahaie et de Richard Tessier de subir eux aussi une enquête sur caution. Un dixième individu, Alexandre Sénécal, a pour sa part demandé à avoir une enquête sur caution individuelle. Une date sera fixée le 7 juillet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer