Une soirée trop bien arrosée

Une soirée trop bien arrosée en février 2013... (François Gervais)

Agrandir

Une soirée trop bien arrosée en février 2013 vaudra à Pascal Arseneau un passage de 40 jours en prison.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une soirée bien arrosée Trois-Rivières a eu de lourdes répercussions pour Pascal Arseneau, un monteur de lignes de Gatineau qui était de passage dans la région pour son travail. L'individu de 39 ans devra en effet purger 40 jours de prison les fins de semaine pour conduite avec les facultés affaiblies par l'alcool. Du même coup, il lui sera interdit de conduire pendant deux ans. Lors de son procès, il avait invoqué la défense d'automatismes sans troubles mentaux pour expliquer son niveau élevé d'intoxication et ses infractions. Il avait en effet allégué avoir été drogué avec du GHB à son insu. Il prétendait d'ailleurs avoir oublié une grande partie de sa soirée. Outre la conduite avec les facultés affaiblies, il avait même été accusé d'avoir volé une voiture.

Or, la juge Guylaine Tremblay a conclu que son hypothèse d'intoxication involontaire ne tenait pas la route. Même si les symptômes du GHB peuvent être similaires à l'alcool, elle estime que Pascal Arseneau a consommé bien plus qu'il ne le prétend. D'une part, son taux d'alcool dans le sang dépassait du double la limite permise. Le plus bas taux était de 204 mg d'alcool par 100 ml de sang. Deuxièmement, il a retiré suffisamment d'argent au cours de cette soirée pour être en mesure de se payer plus d'une dizaine de consommations alcoolisées et non seulement un simple repas au restaurant. Et enfin, contrairement à ce qu'il a déclaré devant le tribunal, il avait l'intention de faire la fête. Ce n'est pas sans raison qu'il avait laissé son véhicule dans le stationnement de la Cage aux sports, appelé un taxi pour ses déplacements et prévu coucher chez un ami. 

Les événements sont survenus le 7 février 2013. Arseneau s'est rendu dans un premier temps à la Cage aux sports où il a bu quelques bière et consommé un repas. Il s'est ensuite rendu en taxi à la Chasse-galerie où il a encore bu de la bière et des shooters. Selon ses prétentions, c'est à partir de cet endroit qu'il aurait perdu la carte. Arseneau a ensuite pris un autre taxi pour se rendre au bar L'Embuscade où il aurait continué à faire la fête. Il a ensuite volé le véhicule d'un client du bar pour sortir du centre-ville. La preuve n'a pas démontré comment il avait réussi à obtenir les clés de ce véhicule. Son propriétaire a rapidement constaté le vol. Un signalement a donc été fait à la police dans les minutes suivantes. 

Lorsque Pascal Arseneau a été intercepté par les policiers, il circulait à sens inverse sur Côte Rosemont. Aux dires des policières qui l'ont arrêté, il était dans un tel état d'ébriété qu'elles ont même soupçonné des troubles mentaux. Il était incapable de composer un numéro sur son téléphone. Il avait même perdu son manteau. Le suspect a dû passer la nuit dans une cellule jusqu'à sa comparution. Le réveil a été brutal, notamment lorsqu'on lui a appris le vol de la voiture. 

Pour soutenir sa défense, il avait fait appel à un toxicologue et un psychiatre. Toutefois, le tribunal a retenu que leurs opinions étaient uniquement fondées sur l'hypothèse émise par Arseneau quant à une possible intoxication au GHB. Qui plus est, il n'a pas non plus fait témoigner le supposé ami qui aurait pu le droguer pour étayer ses prétention. En fait, la juge a conclu qu'il n'était pas crédible. Certes, il a pu avoir un black-out mais la preuve a révélé que c'est possible à partir d'un taux d'alcool de 180 mg et plus dans le sang.

Il a donc été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies. La procureure de la Couronne, Me Marie-Ève Paquet, a demandé à la juge de lui imposer 60 jours de prison compte tenu d'un antécédent en semblable matière qui date de 2009. La défense, assurée par Me Michel Clément, a plutôt suggéré le minimum prévu par la loi lors d'une récidive, soit 30 jours. La juge a tranché  pour 40 jours. Arseneau pourra cependant purger sa peine les fins de semaine.

En ce qui concerne l'accusation de vol portée contre lui, il a bénéficié d'un acquittement. Compte tenu de son niveau d'intoxication, la notion d'intention ne pouvait être prouvée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer