Près de 20 millions $ pour la Haute-Mauricie

Le député de Saint-Maurice-Champlain et ministre du Commerce... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Le député de Saint-Maurice-Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, a annoncé près de 18 millions de dollars pour les communautés autochtones de Wemotaci et Opitciwan. Il a fait l'annonce en compagnie du grand chef du CNA, Constant Awashish.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le passage du député de Saint-Maurice-Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, a été remarqué en Haute-Mauricie, jeudi. Il a fait une dizaine d'annonces laissant ainsi près de 20 millions de dollars dans sa circonscription.

«C'est une journée exceptionnelle qu'on vient de faire. On a investi dans les gens de la Haute-Mauricie. Quand on investit ici, ça fait travailler tout notre monde. C'est toute la région qui va en bénéficier. Je pense que ça donne aussi un signal très fort qu'on est là et qu'on veut développer nos régions. Le talent est aussi en région, et l'innovation ça se passe aussi en région», a lancé François-Philippe Champagne.

Des 20 millions annoncés, près de 18 iront aux communautés atikamekws de Wemotaci et d'Opitciwan pour, entre autres, des projets de connectivité, de logement et d'infrastructure. Dix millions serviront aux projets de fibre qui permettront aux communautés d'être branchées et de tirer parti de la sphère numérique.

«Internet haute vitesse c'est important si on veut que nos jeunes puissent se développer. Ce sont des investissements aujourd'hui pour les générations d'aujourd'hui et de demain. On peut faire du télétravail, faire de la télémédecine...», a commenté M. Champagne.

«On se donne les moyens de réussir», insiste-t-il.

La balance de plus de 7 millions de dollars ira aux infrastructures communautaires. À Wemotaci, des rénovations seront effectuées pour agrandir et améliorer des logements et la maison des jeunes. À Opitciwan, des travaux seront réalisés pour améliorer l'aréna, les habitations, le traitement des déchets et la sécurité incendie.

«Ce sont de bonnes nouvelles, mais il y a beaucoup de chemin à faire avant d'avoir stabilisé la situation dans nos communautés. C'est un bon début et on ne crachera pas là-dessus», a commenté Constant Awashish, le grand chef du Conseil de la nation atikamekw.

Bioénergie La Tuque et Industries John Lewis ont... (Audrey Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Bioénergie La Tuque et Industries John Lewis ont reçu une aide financière totalisant 1 069 250 dollars, sous forme de contributions remboursables. Sur la photo: Constant Awashish grand chef du CNA, Réjean Paré, président et chef des opérations du Groupe Rémabec, le député de Saint-Maurice-Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne et Patrice Bergeron, président de BELT.

Audrey Tremblay

Troisième ligne de production pour Industries John Lewis

Les Industries John Lewis pourront bénéficier de 569 250 dollars, sous forme de contribution remboursable. Cet argent permettra d'acquérir une troisième ligne de finition et des équipements de moulurage pour son usine située à La Tuque, «afin de soutenir la croissance de ce chef de file dans la fabrication d'un produit à valeur ajoutée».

Rappelons que cette entreprise manufacturière, reliée à la deuxième et troisième transformation du bois, fabrique environ 8 milliards de bâtonnets de bois destinés au secteur de l'alimentation. 

«Tous les éléments sont maintenant en place pour démarrer ce projet, la clientèle, le financement, la matière première, mais surtout nos employés qui ont l'expertise et l'engagement. [...] Cette contribution du gouvernement fédéral permettra à Industries John Lewis de poursuivre son développement et de demeurer une vitrine exceptionnelle du savoir-faire québécois et canadien à l'international», a lancé Réjean Paré, président et chef des opérations du Groupe Rémabec.

Aide financière à BELT

Bioénergie La Tuque (BELT) a pour sa part reçu 500 000 dollars sous forme de contribution remboursable afin de réaliser la première phase d'études technico-économiques de faisabilité nécessaire au démarrage d'une usine de bioraffinage à La Tuque, pour valoriser la biomasse forestière résiduelle. 

«La contribution de DEC au projet de bioraffinerie de Bioénergie La Tuque permettra de maintenir le tempo nécessaire aux travaux de notre équipe de 50 personnes pour réaliser les études dans les délais. Outre l'industrie, le projet BELT nécessite le soutien des différents paliers de gouvernement. Le soutien annoncé aujourd'hui est donc encourageant et nous les en remercions», a lancé Patrice Mangin, directeur général, Bioénergie La Tuque.

Trois organismes de La Tuque ont reçu une... (Audrey Tremblay) - image 4.0

Agrandir

Trois organismes de La Tuque ont reçu une aide financière totalisant 555 748 $. Sur la photo : Rachelle Chachai du CAALT, Yanick Issa du Club Nautique, François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice-Champlain et ministre du Commerce international, David Duchesneau et Louis Bruneau du Club de BMX, Constant Awashish grand chef du CNA, et Julien Boisvert, conseiller municipal de La Tuque. Devant : Xavier Duchesneau, Frédéric Charland, Zachary Saint-Pierre et Malik Bruneau.

Audrey Tremblay

Des projets pour la communauté latuquoise

Trois organismes de La Tuque ont aussi reçu une aide financière totalisant 555 748 $ dans le cadre du Programme d'infrastructure communautaire de Canada 150.

«C'est important parce que ça vient améliorer la qualité de vie de notre monde. Ça compte beaucoup ici et c'est comme ça qu'on retient et qu'on attire notre monde», a lancé M. Champagne.

Le Centre d'amitié autochtone La Tuque (CAALT) a reçu 500 000 $ pour la rénovation du centre communautaire du parc du lac Saint-Louis. Le projet permettra de mettre en valeur le site et son environnement en offrant un espace de rencontres et d'échanges, tout en plaçant à l'avant-plan la richesse autochtone. Le centre, qui sera rénové et réaménagé dans une perspective écoresponsable, offre des activités récréatives et culturelles, intègre des Autochtones au marché du travail et crée des emplois durables.

«C'est un projet d'économie sociale autochtone que nous portons depuis trois ans. [...] Le projet totalise plus de 3 millions de dollars. Il va faire travailler des autochtones, des entrepreneurs, des gens de la région, mais c'est surtout le rêve d'une économie sociale autochtone qui va prendre forme et qui va dynamiser tout notre développement humain, social, et économique», a lancé Rachelle Chachai, présidente du CAALT.

Le Club Nautique Latuquois s'est vu accorder 30 000 $ pour améliorer l'infrastructure d'accès à la rivière Saint-Maurice. L'argent servira à remettre en état une rampe de mise à l'eau le quai, et aussi à aménager le terrain.

Le Club BMX La Tuque, pour sa part, a reçu une aide financière de 25 748 $ pour améliorer le terrain pour vélos BMX du parc des Érables. Les travaux sont d'ailleurs déjà terminés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer