District des Hêtres: Jules Gélinas veut tasser Jean-Yves Tremblay

Jules Gélinas, candidat dans le district des Hêtres... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Jules Gélinas, candidat dans le district des Hêtres à Shawinigan.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'expérimenté Jean-Yves Tremblay devra défendre son siège de conseiller du district des Hêtres lors de la prochaine élection municipale, puisque Jules Gélinas reluque son poste en vue du scrutin du 5 novembre.

L'homme de 67 ans a déjà possédé son entreprise de rembourrage, en plus d'avoir été président du Club Optimiste de Saint-Gérard-des-Laurentides. Il y a une trentaine d'années, il avait tenté de se faire élire conseiller dans cette ancienne municipalité, où il a travaillé comme directeur du service des loisirs pendant trois ans.

M. Gélinas considère que le conseil municipal de Shawinigan a besoin de sang neuf, d'où son intérêt à se présenter comme candidat.

«Je ne veux pas partir en guerre contre M. Tremblay, mais disons que je veux devenir le bon porte-parole pour le secteur des Hêtres», glisse-t-il. «Ça fait 40 ans que je le connais. Il ne travaille pas assez pour les résidents du district. On le voit ces jours-ci; il se promène dans le secteur parce qu'il y a des élections à l'automne. À part ça...»

«De plus, c'est important qu'il y ait un changement majeur à l'hôtel de ville», ajoute M. Gélinas. «Certains échevins sont là depuis 12, 15 ou 20 ans. Ça prend du sang neuf et des idées nouvelles pour brasser la soupe un peu!»

S'il est élu, M. Gélinas aimerait former des comités de citoyens pour les rapprocher un peu du centre de décision. Une table de concertation pour les aînés ferait aussi partie de ses priorités.

«Les résidents du secteur reprochent d'être toujours mis devant le fait accompli», fait-il remarquer. «Ils n'ont jamais l'opportunité de donner des suggestions. Un comité permettrait de faciliter le travail des échevins, pour aller chercher des idées.»

M. Gélinas entend également des préoccupations au sujet du contrôle des dépenses à la Ville. «Il y a place à amélioration de ce côté», suggère-t-il, tout en saluant la réduction du budget du projet d'approvisionnement en eau potable, qui est passé de 64 à 58 millions $ à la suite de l'attribution des contrats.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer