Des pare-intempéries de près de 2 M$

Les nouveaux pare-intempéries de l'Amphithéâtre Cogeco, que l'on...

Agrandir

Les nouveaux pare-intempéries de l'Amphithéâtre Cogeco, que l'on voit ici sur cette maquette, seront installés et prêts à l'emploi dès la prochaine saison de spectacles, au printemps 2018.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières dotera finalement l'Amphithéâtre Cogeco de pare-intempéries permanents qui seront installés dès le printemps prochain. Un investissement de près de 2M$ que le conseil municipal a entériné, lundi soir, non sans créer un certain mécontentement chez le candidat à la mairie Jean-François Aubin, qui estime que la Ville a désormais assez investi sur l'Amphithéâtre Cogeco.

Il faut dire que ce montant s'ajoute aux 700 000$ qui avaient servi à l'achat des pare-intempéries actuels, des équipements temporaires qui pouvaient être montés et démontés chaque année, mais qui ne couvraient pas entièrement la zone des sièges de l'Amphithéâtre Cogeco, et qui ne convenaient pas au plan esthétique, selon le maire Yves Lévesque.

Le contrat de 1 950 292$ a donc été octroyé à la firme Deric pour la démolition des pare-intempéries existants et la construction de deux pare-intempéries permanents. Ces derniers ont été conçus par l'architecte de l'amphithéâtre, Paul Laurendeau qui, selon le maire Lévesque, a proposé un concept qui se marie davantage avec l'architecture de l'amphithéâtre. Les pare-intempéries seront allongés jusqu'à la dernière colonne, ce qui permettra de protéger complètement la zone des 3500 sièges, dont certains se trouvaient parfois exposés aux intempéries en raison du vent.

Selon le maire Yves Lévesque, l'achat, il y a deux ans, des pare-intempéries temporaires, au coût de 700 000$ était quand même une bonne affaire, étant donné que la simple location de ces équipements aurait coûté 300 000$ par année. De plus, le montage et le démontage annuel de cet équipement coûtaient au bas mot 100 000$ à la Ville simplement pour l'installation et l'enlèvement de l'équipement.

Par ailleurs, la Ville a aussi procédé, lundi soir, à la vente des ponts scéniques en acier galvanisé de ces pare-intempéries temporaires pour un montant de 120 723$, un montant que le maire dit retrancher du prix d'achat, étant donné que cet argent revient dans les poches de la Ville.

L'an dernier, la soumission pour les pare-intempéries permanents était sortie à 2,9M$ alors que la Ville avait estimé les travaux à 2,6M$. Elle avait du coup rejeté les soumissions pour revoir le projet. Or, il semble que les exigences de la Ville en ce qui concerne les délais étaient responsables du montant élevé. «Lorsque les délais sont plus courts, les prix sont toujours plus élevés. Nous sommes donc retournés en soumission et avons décidé de prendre notre temps. Ça a fait une grande différence parce que c'est sorti un million de dollars plus bas. Nous sommes très contents de ça», a indiqué Yves Lévesque.

La Ville a d'ailleurs déposé une demande d'aide financière au gouvernement fédéral dans le cadre de son programme pour les installations culturelles. Si la réponse est positive, elle espère obtenir environ un million de dollars pour débourser 50 % de la facture.

Assez, dit Aubin

Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin, s'est pour sa part montré agacé par ce nouveau montant qui sera de nouveau investi sur l'Amphithéâtre Cogeco, d'autant plus que des pare-intempéries temporaires avaient déjà coûté plusieurs centaines de milliers de dollars depuis deux ans à la Ville. M. Aubin espère qu'il s'agira du dernier gros montant à être investi sur cet équipement culturel.

«Il va falloir arrêter de jouer au fou avec ça. Il va falloir qu'on arrête de jouer avec ça parce qu'au bout de la ligne, c'est de l'argent qu'on ajoute, qu'on remet, qu'on remet constamment. Moi ma question, c'est: est-ce que c'est fini? Il y a d'autres besoins dans la ville. Un moment donné, il faut arrêter d'en mettre de l'argent là-dessus et en mettre ailleurs aussi. On me dit que oui, qu'il n'y aura plus d'autres gros montants sur l'amphithéâtre. J'espère que c'est vrai», a-t-il lancé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer