Yvon Carignan portera plainte à la police

La Maison Carignan fait l'objet d'une plainte auprès... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

La Maison Carignan fait l'objet d'une plainte auprès de la commissaire aux plaintes du CIUSSS-MCQ.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Devant la reconnaissance de culpabilité du président du conseil d'administration de la Maison Carignan, Rosaire Hébert, pour conflits d'intérêts devant la Chambre de la sécurité financière la semaine dernière, le fondateur de la maison de thérapie, Yvon Carignan, portera plainte au criminel contre son ancien président.

Yvon Carignan... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Yvon Carignan

François Gervais

Rosaire Hébert a plaidé coupable à 21 chefs... (François Gervais) - image 1.1

Agrandir

Rosaire Hébert a plaidé coupable à 21 chefs d'accusation relatifs à des conflits d'intérêts dans sa pratique de courtier en assurances et en épargnes collectives.

François Gervais

Yvon Carignan, qui a été congédié de la Maison Carignan en 2014, a en effet pris rendez-vous à la Sécurité publique de Trois-Rivières ce jeudi matin afin de déposer une plainte formelle contre Rosaire Hébert. Selon le document obtenu par Le Nouvelliste, M. Carignan reproche à M. Hébert des actes frauduleux, des vols et de l'abus de confiance, pour ne nommer que ceux-là. 

«Rosaire Hébert siège sur le conseil d'administration à des fins professionnelles vis-à-vis Courtage Rosaire Hébert afin de vendre des assurances, vendre des REER, vendre des placements à des administrateurs et membres du personnel.

De plus, le président du conseil d'administration de la Maison Carignan de Trois-Rivières, Rosaire Hébert, a plaidé coupable à 21 chefs d'accusation relatifs à des conflits d'intérêts et autres dans sa pratique de courtier d'assurance en épargne collective devant la Chambre de la sécurité financière.

Deux de ces chefs d'accusation concernent directement la Maison Carignan pour des assurances vendues alors qu'il était à la présidence du conseil d'administration», évoque le document qui sera déposé à la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Selon le plaignant, plusieurs articles du Code criminel pourraient être évoqués dans ce cas, soit fraude, vol de plus de 5000 $, détournement de fonds, abus de confiance, atteinte à la vie privée et parjure.

La réception d'une plainte ne veut toutefois pas dire qu'il y aura automatiquement dépôt d'accusations au criminel. Le dossier doit d'abord être analysé par des enquêteurs, qui soumettent ensuite les résultats d'enquête au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Il revient à lui de décider si la preuve recueillie est assez solide pour déposer des accusations devant la cour criminelle.

Rappelons que Rosaire Hébert, à la suite de son plaidoyer de culpabilité la semaine dernière, s'est temporairement retiré de ses fonctions de président du conseil d'administration de la Maison Carignan. Il pourrait faire face à une radiation temporaire de sa pratique en plus de s'exposer à une amende de 80 000 $.

Plainte au CIUSSS

Par ailleurs, une plainte récemment logée à la commissaire aux plaintes du CIUSSS-Mauricie Centre du Québec, qui chapeaute l'accréditation de la Maison Carignan, a mené à l'émission de certaines recommandations, dont la conclusion sera connue d'ici la mi-juillet. Selon le plaignant dans ce dossier, au moins sept recommandations ont déjà été identifiées et seront soumises à la direction du centre pour toxicomanes et alcooliques.

L'une de ces recommandations obligerait la Maison Carignan à s'associer sur-le-champ au centre Domrémy de la Mauricie afin d'obtenir du mentorat dans le protocole d'accueil des résidents pour leurs retours de fin de semaine et ainsi démontrer la sécurité du processus à travers un plan d'action qui devra être approuvé par le conseil d'administration du CIUSSS.

La commissaire aux plaintes devrait par ailleurs, toujours selon le plaignant, se pencher sur le cas des employés possédant un casier judiciaire. En effet, selon les nouveaux critères de certification, le CIUSSS exige l'absence d'antécédents criminels liés aux fonctions de la personne, ce qui est bon tant pour les employés que pour les administrateurs, et la ressource est tenue d'informer le CIUSSS de toute condamnation d'un employé ou d'un administrateur sur le plan criminel. 

Au CIUSSS-MCQ, on n'a pas voulu confirmer ou infirmer les affirmations du plaignant dans ce dossier, étant donné que le processus de plaintes est légalement confidentiel.

«Lorsqu'une plainte est déposée, les recommandations sont faites à l'usager qui dépose la plainte et à l'organisme concerné. Le processus de plaintes ne vise pas à trouver un coupable, mais à améliorer la qualité des services aux usagers», mentionne Geneviève Jauron, conseillère en communication. 

Joint par téléphone mardi, le directeur général de la Maison Carignan, Alain Poitras, indiquait n'avoir encore reçu aucune communication écrite ou verbale du CIUSSS confirmant l'existence de telles recommandations. Il préférait donc attendre de prendre connaissance lui-même des recommandations avant de commenter davantage.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer