Prolongement de l'égout à Louiseville: les citoyens reviennent à la charge

Le maire Yvon Deshaies.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le maire Yvon Deshaies.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Les Louisevillois de l'avenue Royale qui désirent brancher leur maison au réseau d'égout municipal reviennent à la charge. Par le biais d'une pétition signée par plus de 100 personnes, ils s'allient à des contribuables des boulevards Saint-Laurent Est et Ouest pour réclamer le prolongement du réseau dans ces trois secteurs.

Le dossier du prolongement de l'égout public sur l'avenue Royale occupe l'actualité municipale depuis plus de deux ans. Dès le printemps 2015, des citoyens demandaient au conseil de réfléchir à cette idée, sachant alors qu'ils devaient se conformer aux règles environnementales en matière de traitement des eaux usées d'ici décembre 2018.

Au fil du temps, le conseil a rejeté l'idée de prolonger l'égout en raison des coûts de 3,9 millions de dollars et de l'absence de subventions. 

Les élus ont proposé d'aménager un système à basse pression, plus économique et admissible à des subventions.

Le projet prévoyait raccorder environ 110 propriétés des trois secteurs situés à l'extérieur du périmètre urbain, mais les citoyens ont rejeté l'idée le 30 mars dernier.

Réunis en comité privé en mai, les citoyens concernés ont décidé de relancer les élus pour obtenir ce qu'ils demandent depuis le début. 

Afin d'appuyer leur demande, ils ont déposé leur pétition à la séance du conseil de lundi.

«Les gens ont refusé le système Prostep, car ils veulent un vrai réseau d'égout. On a vu que les travaux (pour les installations septiques) peuvent être réalisés jusqu'en septembre 2022, ça donne du temps pour faire en sorte que les actions soient menées», déclare Paul Beaulieu, un citoyen du secteur de l'avenue Royale.

M. Beaulieu estime que la Ville doit de nouveau étudier ce projet qu'il qualifie de réaliste et de raisonnable.

«On considère que c'est un service essentiel de base. On pense que la Municipalité devrait accorder une attention particulière pour que ce service de base soit installé. Les trois portions de secteur sont en continuité avec le réseau déjà en place. On n'est pas à 10 milles des infrastructures. Si ça s'est fait ailleurs, pourquoi pas ces trois secteurs?», questionne M. Beaulieu, en faisant allusion à des municipalités environnantes qui ont demandé et obtenu d'importantes subventions pour ce type de projets.

«Si la Municipalité avait mis de l'avant le projet et fait une demande de subventions pour les trois, on l'aurait eu, ajoute-t-il. La Municipalité ne veut pas mettre un sou, mais quand elle refait les rues et les égouts du centre-ville, on paie notre part et on n'a pas de retour dans nos secteurs. C'est difficile à saisir qu'il n'y ait pas une volonté de donner ce service à un secteur collé sur des infrastructures.»

Selon Yvon Deshaies, le gouvernement va étirer le délai de conformité jusqu'en 2022. Le maire assure que la Ville va se pencher sur cette nouvelle demande des citoyens de ces trois secteurs.

«Les gens veulent être connectés aux égouts, mais ce n'est pas en territoire urbain. Est-ce qu'on peut agrandir? On va travailler là-dessus. On a déjà fait des démarches auprès des gouvernements, mais il y aurait d'autres argents disponibles. Peut-être que des subventions vont sortir. Si c'est vrai, on va recommencer.»

La nécessité de miser sur des subventions est mentionnée depuis le début des discussions dans ce dossier. 

Le maire de Louiseville confirme que la situation est toujours la même.

«Ça coûte environ neuf ou 10 millions de dollars pour les trois secteurs. Si on n'a pas de subventions, la Ville n'y va pas. Admettons qu'on aurait six millions de dollars à emprunter, les taxes seraient épouvantables: un sou de taxe rapporte 53 000 $ à la Ville. Mais si on a 85 % ou 90% de subventions, je pense que le prochain conseil va dire oui.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer