Adam et Ève, un camping naturiste?

Le camping Adam et Ève ne devrait pas... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le camping Adam et Ève ne devrait pas s'afficher comme étant un établissement naturiste, selon Michel Vaïs.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
lapresseaffaires.com

Selon le fondateur de la Fédération québécoise de naturisme, le camping Adam et Ève est bien davantage un club échangiste qu'un camping naturiste.

Michel Vaïs pratique le naturisme depuis des décennies. Ce citoyen de la rive sud du Saint-Laurent face à Montréal a fondé la fédération en 1977 et est aujourd'hui porte-parole du regroupement. Selon lui, le camping Adam et Ève fait de la fausse représentation en s'affichant toujours comme étant un camping naturiste.

«Être naturiste, c'est une manière de vivre en harmonie avec la nature par la pratique de la nudité qui a pour conséquences de favoriser le respect de soi, le respect des autres et le soin de l'environnement. Les clubs échangistes usurpent le terme naturiste pour mélanger des gens dans des buts que nous trouvons répréhensibles. Il ne suffit pas de se mettre à poil pour être naturiste, surtout dans le but d'avoir des rapports sexuels. Les gens associent le naturisme et les aventures sexuelles, ce qui n'est pas le cas.

Un centre naturiste n'est pas un prétexte pour proposer des échanges sexuels. Ce que je comprends de leur publicité, c'est que c'est un camping échangiste et non pas naturiste. Leurs pratiques sont très éloignées de celle de la fédération», raconte M. Vaïs, qui affirme que l'établissement achète dans des hebdos locaux de la publicité invitant les gens à fréquenter son camping échangiste et naturiste.

Michel Vaïs est déjà allé au camping Adam et Ève, en 1976, alors qu'il faisait la tournée de la douzaine de campings naturistes dans le but de fonder la fédération.

«Le camping a ouvert en 1972. Au début, c'était un centre naturiste très correct. Mais il a été vendu en 1977 et est devenu un club échangiste dès 1977.»

M. Vaïs est rassuré d'apprendre que les lieux sont réservés aux adultes, étant donné la nature des activités qui peuvent s'y dérouler. Mais l'exclusion des enfants est tout à fait contraire à l'approche des naturistes.

«Un centre naturiste inclut les enfants. Il y a la piscine, un potager, de la pétanque. C'est un camping où la nudité est de rigueur quand la température le permet. Si on appelait le camping Adam et Ève un camping échangiste, ce serait plus clair.»

Selon M. Vaïs, il y a six campings naturistes au Québec. Entre 10 000 et 15 000 personnes seraient membres de clubs naturistes.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer