Pourriez-vous préparer un repas pour 4 personnes avec 18,50 $?

Sylvie Tardif, coordonnatrice générale de Comsep, Isabelle Hardy... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sylvie Tardif, coordonnatrice générale de Comsep, Isabelle Hardy et Geneviève Trottier, de l'équipe de l'organisme, ont présenté l'activité Prends ma place... pour une journée.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Cuisiner deux repas pour quatre personnes avec un montant de 18,50 $: c'est le défi quotidien de plusieurs personnes plus démunies. L'organisme Comsep en a fait une «compétition en sécurité alimentaire» amicale, dans le but de sensibiliser les gens d'affaires à la réalité des personnes analphabètes et en situation de pauvreté.

Ces mardi, mercredi et jeudi soirs, 12 équipes majoritairement formées de gens du milieu des affaires tenteront de relever le défi, dans les locaux de Comsep. Les gagnants de chacune des trois soirées s'affronteront lors de la finale vendredi. 

«L'objectif est de faire vivre la réalité et les obstacles en alimentation que vit une famille de quatre personnes dont les parents sont en situation de pauvreté et analphabètes», explique la coordonnatrice générale de Comsep, Sylvie Tardif.

Les membres des équipes participantes devront concevoir un menu équilibré pour une journée, puis se rendre à l'épicerie pour acheter les ingrédients dont ils auront besoin pour cuisiner, sans que la facture n'excède 18,50 $. Ensuite, ils devront cuisiner leurs repas en une heure et demie. 

Chaque soir, un jury composé de membres de l'équipe de Comsep et de personnes en situation de pauvreté désignera une équipe vainqueure. Dès 18 h, le public est invité à assister à l'activité qui commence à 17 h pour les participants, pour se terminer à 21 h.

Mardi, les équipes de la firme Jolicoeur Lacasse, de la Démarche des premiers quartiers de Trois-Rivières, des conseillers municipaux de la Ville et de Stantec (consultants en ingénierie) s'affronteront, alors que mercredi, les fourneaux seront utilisés par les équipes du 106,9 FM Mauricie, du Port de Trois-Rivières, de la Société immobilière Duguay et de Comsep. 

Jeudi, ce sera au tour des équipes des Caisses Desjardins Trois-Rivières, de Karine Provencher et Deloitte, des Sympathiques Cuistots et du député fédéral Robert Aubin.

Cette activité ludique s'inscrit dans une grande campagne de sensibilisation déployée dans le milieu des affaires de Trois-Rivières. Diverses interventions devant les gens d'affaires et blitz d'information dans leurs organes de communication ont été menés en collaboration avec la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières, la Jeune chambre de commerce de la Mauricie, la Société de développement commercial de Trois-Rivières et la Démarche des premiers quartiers de Trois-Rivières.

Le dernier volet de cette stratégie se voulait plus expérientiel, comme en témoigne le nom de l'activité, Prends ma place... pour une journée.

«Nous espérons que les personnes qui auront participé à notre activité deviendront des agents multiplicateurs dans leur milieu, qu'elles auront des arguments auprès de leurs connaissances pour réduire les préjugés dont sont victimes les personnes à faible revenu», indique Sylvie Tardif.

«L'objectif n'est pas que les gens d'affaires montrent à cuisiner aux gens en situation de pauvreté; c'est plus de faire prendre conscience aux gens d'affaires de ce que vivent les gens en situation de pauvreté. Nous voulons aussi les sensibiliser à l'analphabétisme, et pas seulement à la pauvreté», assure Mme Tardif, qui espère que les participants du milieu des affaires deviendront des alliés ouverts à aider les personnes plus démunies à prendre leur place dans la société.

D'ailleurs, l'échange entre les gens du milieu des affaires et les personnes en situation de pauvreté sera favorisé lors de l'activité de cette semaine. Une douzaine de personnes de la clientèle soutenue par Comsep assisteront aux compétitions culinaires chaque soir. Les repas confectionnés par les équipes en compétition leur seront offerts.

Les intervenants de Comsep rappellent aux participants qu'«ils devront faire preuve d'imagination et de débrouillardise, car ils se heurteront à certaines limitations que vivent les familles peu scolarisées en situation de pauvreté».

Des membres de l'équipe de Comsep ont testé l'expérience plus tôt cette année. Le respect intégral du budget et le regard des autres, à l'épicerie, ont compté parmi les enjeux signalés par les participants ayant testé le défi, dont Marie-Josée Tardif, qui a qualifié de «choc» cette incursion dans le monde des gens qu'elle contribue à aider depuis 30 ans.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer