Les jeux d'eau à l'Amphithéâtre reportés à 2018

La construction des jeux d'eau qui seront bâtis... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La construction des jeux d'eau qui seront bâtis sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent est repoussée d'une année.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La construction des fameux jeux d'eau qui devaient être bâtis cet été sur l'esplanade non loin de l'Amphithéâtre Cogeco sera finalement reportée à l'an prochain. Une décision liée aux délais trop courts pour l'octroi du contrat pour une construction cette année qui fait toutefois sourciller le candidat à la mairie Jean-François Aubin, qui exhorte maintenant le maire Yves Lévesque de reporter le tout après les élections et de laisser le nouveau conseil municipal décider.

On se souviendra que ce projet de jeux d'eau avait fait couler beaucoup d'encre, alors que le conseiller municipal du district, M. Aubin, s'était prononcé en défaveur du projet, initialement estimé à 1,8 M$. Deux autres conseillers, Pierre-Luc Fortin et François Bélisle, avaient aussi voté contre, estimant qu'une telle dépense pourrait être investie ailleurs dans la ville pour les familles, alors que la demande pour un tel équipement n'était pas tellement présente à cet endroit spécifique.

Le projet avait finalement été adopté sur division en une version réduite, à 1,5 M$, la Ville ayant décidé de reporter à plus tard la pose de pavé uni autour des installations.

Toutefois, l'octroi du contrat pour la fourniture de services professionnels a retardé le projet, étant donné que le premier appel d'offres est sorti au-dessus des estimés de 200 000 $. Un second appel d'offres a été lancé avec de nouveaux critères, pour finalement être octroyé à 144 000 $ il y a quelques semaines. Le maire Yves Lévesque explique que seul ce nouveau délai est responsable du report du chantier. 

«Pour l'avoir à la fin de l'été 2017, il aurait fallu donner le contrat pour la construction tout de suite. On n'est pas si pressé que ça et les subventions sont toujours disponibles. L'expérience nous a démontré que lorsqu'on prend notre temps lors des appels d'offres, on arrive à avoir de meilleurs prix. Quand on veut aller trop vite, les soumissionnaires appuient très fort sur le crayon», constate Yves Lévesque, qui estime que le contrat pour la construction pourra être octroyé vers la fin août ou le début septembre, et que les jeux d'eau seront livrés à temps pour le début de l'été 2018.

Calcul politique

Son adversaire dans la course à la mairie, Jean-François Aubin, y voit plutôt un énorme calcul politique de la part d'un maire qui craint maintenant devoir justifier sa position sur ce projet controversé lors de la campagne électorale. «Si ça ne presse pas, comme il le dit, alors c'est inadmissible d'engager un futur conseil dans cette décision si on n'est pas obligé de le faire. Ayez le courage de vos opinions et allez en élection avec ce projet, puis laissez le prochain conseil décider de l'octroi ou non du contrat», croit Jean-François Aubin.

Selon lui, le maire Lévesque pourrait craindre que le projet ne soit pas autant appuyé par la population et qu'il sente, pour cette raison, l'urgence d'octroyer le contrat pour classer le dossier avant les élections. «Je vais interpeller tous mes collègues du conseil municipal une nouvelle fois. Il y a une règle non écrite qui dit que lorsqu'il n'y a pas d'urgence, on n'engage pas un prochain conseil. Je veux proposer qu'on reporte le dossier après les élections. Et si le prochain conseil décide d'aller de l'avant, ce sera une décision éclairée. Qu'on accorde le contrat en septembre ou en janvier, les jeux d'eau seraient prêts pour l'été 2018 alors ça ne change rien», plaide-t-il.

Une demande que rejette le maire Lévesque, qui accuse son adversaire de faire de la petite politique. «Je l'invite à avoir plus de vision et à aller voir ce qui se fait ailleurs. À Lévis, ils ont investi dans des jeux d'eau de 19 M$ qui sont fréquentés par 3000 personnes par jour. Le conseil s'est déjà positionné sur le dossier. D'ailleurs, les jeux d'eau sont probablement les investissements les plus rentables réalisés jusqu'à présent. C'est tout le temps plein. Devoir les refaire, on les referait plus grands. Au parc Laviolette, on a investi le même montant qu'on s'apprête à investir sur l'esplanade, et c'est toujours bondé de monde», indique Yves Lévesque, qui martèle que si son adversaire devait remporter la course à la mairie, il serait le premier heureux de couper le ruban de ce projet à l'été 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer