Inondations: l'heure est à la reconnaissance

Le lieutenant-colonel Francis Poitras et le maire de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le lieutenant-colonel Francis Poitras et le maire de Louiseville Yvon Deshaies.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) À l'image de l'eau dans les municipalités longeant les rivières et le fleuve, les militaires se retirent lentement, mais sûrement. Ils ne sont plus que 100 à être présents dans la région, tous concentrés à Shawinigan, et l'aréna de Louiseville est désert depuis jeudi midi.

La cérémonie civique soulignant l'apport de différents intervenants... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La cérémonie civique soulignant l'apport de différents intervenants à la crue des eaux a réuni les maires Yvon Deshaies (Louiseville), Roger Michaud (Maskinongé), et Michel Isabelle (Yamachiche) ainsi que le lieutenant-colonel Francis Poitras et le député de Maskinongé, Marc H. Plante.

François Gervais, Le Nouvelliste

Le camp des quelque 80 militaires basés à Louiseville depuis le 6 mai a été levé. Les soldats ont ramassé leurs affaires et fait le ménage avant de quitter les lieux après un séjour de près de trois semaines.

«Le bataillon de Louiseville quitte aujourd'hui (jeudi). Les 100 militaires qui sont en Mauricie sont des réservistes», confirme la capitaine Rachel Lefebvre, officière aux affaires publiques.

Le lieutenant-colonel Francis Poitras ne tarissait pas d'éloges envers le niveau d'accueil fourni par la Ville de Louiseville.

«On est habitué à moins de confort. À l'aréna, on était au sec, on avait accès à des douches et on avait accès à des toilettes. C'était A-1», lance le lieutenant-colonel Poitras.

Le maire Yvon Deshaies l'avoue, le départ des militaires lui cause un petit pincement au coeur.

«Dans des villes comme Valcartier ou Saint-Jean-sur-Richelieu, les militaires vivent dans la communauté. Mais nous, on n'est pas habitué à ça. Ils sont allés manger dans les restaurants, ils saluaient les gens. C'était comme une petite base militaire. On commençait à s'habituer à leur présence.»

Si les militaires ont quitté l'aréna de Louiseville, c'est que les municipalités environnantes n'ont plus besoin de leurs services. De Maskinongé à Yamachiche, les militaires ont donné un coup de main en fin de semaine et au début de la présente semaine pour récupérer des sacs de sable et enlever les débris laissés par la crue des eaux.

«La corvée a été faite avec les pompiers, les militaires et des bénévoles, note le maire de Yamachiche, Michel Isabelle. La fin de semaine a été productive. On a réparé les chemins d'accès. Il reste une inspection plus pointue à faire, mais on n'a plus besoin des militaires qui ont quitté dimanche soir.»

Louiseville n'a pas tenu de corvée, mais l'armée a contribué à faire le ménage lundi et mardi.

«Il reste aux gens à laver leur maison et remettre le terrain en état», confirme M. Deshaies.

S'il reste peu de maisons entourées d'eau à Yamachiche et à Louiseville, il y a encore une vingtaine de maisons aux prises avec de l'eau dans le secteur de la route Langue-de-Terre à Maskinongé.

«On a commencé la corvée lundi. Mardi, les militaires ont fini de ramasser les sacs de sable. Il en reste encore, car des gens veulent les garder. Les débris ont été ramassés par nos employés municipaux. Il va rester à nettoyer les rues et réparer les routes», énumère Roger Michaud, le maire de Maskinongé.

Tous ces maires étaient à Louiseville jeudi afin de participer à une cérémonie pilotée par le député de Maskinongé. De concert avec les maires, Marc H. Plante tenait à souligner le travail abattu par les militaires, la Sécurité civile, les employés municipaux et les pompiers volontaires durant les inondations. 

Rappelant que la cote de récurrence d'inondation de 100 ans a été atteinte dans certains secteurs, le député de Maskinongé voulait remercier toutes les personnes ayant «pris la balle au bond pour secourir nos citoyens».

«Les municipalités ont répondu rapidement, la présence de l'armée a été fort réconfortante, les travaux publics et les pompiers ont accompagné les citoyens», a déclaré M. Plante.

Des certificats de reconnaissance ont été remis aux représentants des travaux publics, des brigades de pompiers municipaux et des responsables des mesures d'urgence. Le même document a été présenté au lieutenant-colonel Poitras afin de souligner l'ardeur au travail, la disponibilité et la gentillesse des membres de l'armée.

«Je vous remercie pour votre hospitalité et pour votre esprit de collaboration à tous les niveaux. Ça a été un travail d'équipe et ça en a fait un succès», a commenté le militaire, qui a également reçu la médaille de l'Assemblée nationale.

Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile, accueillait avec joie cette marque de reconnaissance du député et des maires.

«C'est un honneur à partager avec l'équipe et avec les partenaires qui ont aidé tous les jours. Et on a eu des gens compétents.»




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer