Inondations: la FPJQ dénonce le «manque de transparence» de Shawinigan

Le directeur du service de sécurité incendie de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur du service de sécurité incendie de Shawinigan, François Lelièvre, et le maire de Shawinigan, Michel Angers, au début de la rencontre publique du 18 mai.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La section Mauricie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ-Mauricie) dénonce ce qu'elle qualifie de «manque de transparence» de la Ville de Shawinigan envers ses citoyens dans la foulée des inondations des dernières semaines.

La FPJQ-Mauricie appuie ses griefs sur deux situations où des journalistes furent exclus de rencontres citoyennes.

Le 18 mai, Gabriel Delisle, du Nouvelliste, a été expulsé d'une rencontre d'information au sujet des inondations, avec la justification que seuls les citoyens ayant reçu une invitation avaient le droit d'y assister.

Le responsable des communications à la Ville de Shawinigan François St-Onge a prié le journaliste de quitter la salle une trentaine de minutes après le début de la rencontre à laquelle assistaient une soixantaine de sinistrés ainsi que le directeur du service incendie et le maire Michel Angers. 

La FPJQ-Mauricie considère que «cette réunion était importante puisqu'elle allait aborder l'aide psychologique pour les sinistrés et les barrages d'Hydro-Québec qui soulèvent une certaine crainte pour de nombreux riverains de la rivière Saint-Maurice».

La Fédération croit que Gabriel Delisle n'a pas pu rapporter toute l'information pertinente émise à cette rencontre et informer les sinistrés ne pouvant pas se déplacer.

Une situation semblable est survenue au début de mai lors d'une rencontre citoyenne avec les riverains inondés de l'avenue Beau-Rivage, dans le secteur Grand-Mère. La Ville avait demandé à un journaliste de TVA d'attendre à l'extérieur sous prétexte que des citoyens éprouvaient un malaise avec la caméra.

«En pleine crise d'inondations, l'exclusion de journalistes à des rencontres citoyennes de la Ville se fait au détriment des sinistrés absents et des autres résidents qui souhaitent être au courant des actions de leurs élus», écrit la FPJQ-Mauricie.

«Cette pratique est inacceptable dans le cadre d'une démocratie saine. La FPJQ-Mauricie demande à la Ville de Shawinigan de permettre sans équivoque et sans délai la présence de journalistes aux rencontres citoyennes», conclut-elle.

Par respect pour la vie privée

Par voie de communiqué, la Ville de Shawinigan réplique en assurant que la démarche d'exclusion des médias lors des séances d'information émane d'«une décision pour assurer le respect de la vie privée et des renseignements personnels».

«La Ville de Shawinigan a tenu des rencontres avec les citoyens sinistrés le 1er mai et le 18 mai derniers. À ces deux occasions, l'objectif était de permettre aux citoyens touchés par les inondations d'exprimer librement les difficultés qu'ils vivaient pour que les différents services municipaux et provinciaux puissent ajuster leurs interventions», écrit le directeur des communications de la Ville de Shawinigan François St-Onge.

«Ces rencontres se sont déroulées sans la présence des médias dans le but d'assurer la protection des renseignements personnels et le respect de la vie privée des sinistrés», insiste-t-il.

M. St-Onge explique qu'il avait été convenu avec les médias qu'une prise d'images était possible avant la rencontre, et que des entrevues pouvaient être réalisées après celle-ci avec les intervenants et les citoyens qui le désiraient.

«Tout au long de la période des inondations, la Ville de Shawinigan a assuré une présence constante sur le terrain, a multiplié les initiatives pour informer ses citoyens sinistrés et a été à l'écoute de leurs besoins. La Ville de Shawinigan respecte le travail des journalistes et collabore toujours avec les médias en assurant leur présence lors des événements publics», maintient M. St-Onge.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer