L'importance de décontaminer

Christian Vincent, directeur des opérations chez GUS, et... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Christian Vincent, directeur des opérations chez GUS, et Annie Lapointe, vice-présidente pour les franchisés, étaient en Mauricie jeudi afin de donner des contenants de biocide.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le danger qui guette les propriétaires de maisons inondées est de décontaminer de façon insuffisante les parties touchées par l'eau, ce qui représente une excellente source de problème de moisissures à moyen terme.

Annie Lapointe est vice-présidente pour les franchisés de l'entreprise GUS. Selon elle, les propriétaires doivent porter une attention particulière à la façon de se débarrasser des risques de contamination.

«Ils n'ont pas le choix d'arracher les matériaux jusqu'au squelette. À partir de là, ils peuvent reconstruire. Mais il faut un antibactérien pour ne pas avoir de souci dans le futur après qu'ils auront refermé les murs.»

Certaines victimes des inondations ne sont pas assurées pour ce genre de sinistre. C'est la raison pour laquelle cette entreprise spécialisée en nettoyage après sinistre distribue gratuitement des contenants de biocide. Cet antibactérien doit être appliqué sur le squelette asséché de la maison quand les travaux de démolition sont terminés.

«On ne peut pas laisser ces gens comme ça, ajoute Mme Lapointe. On vise le plus grand nombre de personnes sans assurance. On donne des gallons de biocide pour une valeur de 30 000 $ à travers le Québec. Au lieu de donner de l'argent à la Croix-Rouge, on a décidé d'aider autrement: on est bon en décontamination, on vit dans les dégâts d'eau, c'est notre quotidien. Quand tu as de l'eau depuis une semaine, deux semaines, et que tu sais que tu n'es pas assuré, c'est une épreuve.»

Des représentants de GUS ont distribué leur produit en faisant du porte-à-porte dans la région de Shawinigan et dans le coin de Trois-Rivières, jeudi. Le biocide est aussi offert à des points de services dans différentes municipalités québécoises.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer