«On va rester ici tant qu'il y aura de l'eau»

Ils sont encore près de 500 militaires à... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Ils sont encore près de 500 militaires à travailler dans la région afin d'aider les municipalités victimes des inondations. On les voit ici à l'oeuvre dans le secteur Pointe-du-Lac.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Le portrait de la région s'améliore grandement au rayon des inondations, mais l'apport des militaires est toujours requis pour aider les municipalités à se remettre sur pied.

Plusieurs dirigeants des Forces armées canadiennes ont visité la région, jeudi. Ils sont entre autres allés dans le secteur du lac Saint-Pierre à Louiseville et ont rencontré les troupes à l'aréna de Louiseville pour s'assurer que le moral est bon et que les ressources sont suffisantes.

Yvon Deshaies était très heureux d'accueillir l'armée qui a envoyé environ 80 militaires s'installer à l'aréna de Louiseville il y a une dizaine de jours. Le maire souhaite que leur présence se prolonge pendant une semaine de plus.

«On pense que ça va prendre encore sept à huit jours avant que l'eau s'en aille. On a encore beaucoup de poches de sable à ramasser, des débris à ramasser», énumère M. Deshaies.

Entre 15 et 20 militaires sont affectés au territoire de Louiseville. L'équipe des travaux publics compte moins de 10 employés. M. Deshaies préfère que ces derniers travaillent à réparer et entretenir les infrastructures de la Ville au lieu de s'occuper de nettoyer les lieux touchés par les inondations.

«À sept ou huit gars, ça prendrait un mois! Les militaires sont encore utiles», plaide M. Deshaies.

Aucun avis concernant une diminution des effectifs de l'armée canadienne n'a été communiqué. Ils sont toujours près de 500 militaires dans la région et le nombre devrait se maintenir, confirme le lieutenant-colonel Francis Poitras. 

«Le nombre de militaires va demeurer le même au moins pour quelques jours. Notre arrivée a été rapide, mais notre retrait sera plus progressif.»

Le lieutenant-colonel Poitras affirme que l'armée va adapter ses effectifs à la situation sur le terrain.

«Dans le secteur inondé de Yamachiche à Maskinongé, les municipalités ont besoin qu'on demeure sur place et qu'on évalue la situation à mesure que l'eau se retire. Et c'est ce qu'on va faire. On va rester ici tant qu'il y aura de l'eau», affirme le lieutenant-colonel, en précisant que la majorité de la besogne à accomplir par les militaires dans le secteur de Sainte-Anne-de-la-Pérade, de Batiscan et de Champlain a été réalisée.

Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile, confirme que les municipalités riveraines du lac Saint-Pierre sont toujours aux prises avec de nombreuses résidences inondées.

«Le niveau du fleuve est de 2,93 mètres dans le lac Saint-Pierre. Ça s'annonce très bien. Mais ça va prendre encore une semaine, une semaine et demie avant que l'eau se retire.»

Les besoins de ces municipalités justifient le maintien des effectifs des l'armée canadienne pour quelques jours. Il faut s'attendre à ce que ces militaires soient moins nombreux à moyen terme.

«On va garder le nombre de soldats pour l'ouvrage qui reste à faire. Il y a toujours de l'ouvrage pour les militaires, mais il y a des secteurs qui sont en rétablissement», souligne M. Doire.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer