Hydro va ouvrir le barrage Gouin

Jacques A. Chauvette, directeur de la production région... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jacques A. Chauvette, directeur de la production région Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les niveaux d'eau sont à la baisse et la situation commence à rentrer dans l'ordre pour la rivière Saint-Maurice. Hydro-Québec prévoit ouvrir le barrage Gouin vendredi, mais les dirigeants sont toujours à l'affût des soubresauts de Dame Nature.

«On voit que c'est en baissant et qu'on s'en va du bon bord. On reste quand même extrêmement vulnérable à la météo, mais on espère qu'elle soit clémente et qu'elle s'exécute ailleurs que dans la Mauricie», a commenté Jacques A. Chauvette, directeur de la production région Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec.

Les barrages Manouane A, B et C ont été ouverts la semaine dernière comme c'était prévu dans la stratégie de la société d'État. D'ailleurs, la diminution des rivières naturelles comme la rivière Croche, Vermillon et Bostonnais compense pour le débit ajouté dans la rivière Saint-Maurice. 

«L'un compense l'autre, il y a même plus de diminution des rivières qu'on ajoute de débit», confirme M. Chauvette.

Le réservoir Gouin, quant à lui, sera ouvert à compter du 19 mai. Hydro-Québec assure que les gens ne devraient pas s'en rendre compte.

«La neige termine de fondre donc il y a moins d'apports par la neige, moins d'apports par la pluie, ça nous aide. Les nappes phréatiques vont se drainer. C'est ce qui fait que les rivières baissent. Les gens ne verront pas d'impact de l'ouverture du réservoir Gouin», assure Jacques A. Chauvette.

«C'est exactement notre stratégie. On voulait régulariser tout ce qu'on pouvait. On a retenu cette eau-là et on va la relâcher à un moment où il n'y aura plus d'impact pour les gens.»

Ce dernier soutient que la stratégie mise de l'avant par Hydro-Québec a fonctionné notamment avec le réservoir Blanc.

«On a joué aussi la stratégie du réservoir Blanc. Le 9 avril, on l'avait abaissé et on s'en est servi dans les cas très fort, entre autres, lorsque la route a été inondée à La Tuque. Le réservoir Blanc a été mis à contribution pour rendre la situation moins sévère. Ç'a beaucoup aidé les communautés», a-t-il conclu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer