1000 kilomètres en monocycle

Pierre-Olivier Hudon a quitté Trois-Rivières en monocycle, lundi,... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pierre-Olivier Hudon a quitté Trois-Rivières en monocycle, lundi, en direction des États-Unis.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après avoir parcouru la distance qui sépare Québec de Percé en monocycle, l'an dernier, le Trifluvien Pierre-Olivier Hudon est parti lundi en direction de Philadephie, aux États-Unis.

C'est un défi de 1000 kilomètres qui sera d'ailleurs filmé par une équipe de tournage qui le suivra au fil des 100 kilomètres qu'il parcourra chaque jour au cours des 10 prochains jours.

Dès son arrivée à destination, le 25 mai, le jeune technologue en médecine nucléaire de 24 ans, qui travaille au CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec, entend bien gravir les célèbres marches de Rocky, celles qui mènent à l'entrée du Musée des arts de Philadelphie et qui furent immortalisées dans une scène où le célèbre personnage fictif Rocky Balboa, personnifié par Sylvester Stallone, les franchit en courant.

«C'est une histoire qui m'inspire», confie le jeune homme. «Rocky, c'est plus qu'un boxeur. C'est le rêve de se dépasser», dit-il en ajoutant qu'il s'inspire des films et de la musique de Rocky pour réussir son défi.

Sa motivation première, toutefois, celle qui l'anime plus que toute autre chose chaque fois que le trajet est difficile, c'est la cause pour laquelle il entreprend ce difficile voyage. Le monocycliste veut en effet recueillir 5000 $ au profit de l'organisme Le Pont vers l'autonomie qui offre des bras robotisés aux personnes handicapées.

Il pense notamment à l'histoire de Dany Martel de Shawinigan qui, quadraplégique depuis 1984, a vu sa vie complètement transformée depuis que la Fondation lui a offert un bras robotisé.

Quand ça va mal, Pierre-Olivier Hudon se console vite en se disant qu'il a ses deux jambes et ses deux mains pour faire face à la vie.

Fort de son expérience en Gaspésie, Pierre-Olivier Hudon part avec un deuxième monocycle dans le camion de l'équipe de tournage afin d'éviter les inconvénients d'un bris, comme c'est arrivé l'été dernier.

Il avoue qu'il injectera environ 2000 $ pour réussir son périple vers Philadelphie. «Mais tout l'argent recueilli sera remis à la Fondation», assure-t-il.

Il invite d'ailleurs les gens à faire leurs dons directement sur le site de la Fondation Le Pont vers l'autonomie en allant sur le site web www.fondationpva.com.

Pierre-Olivier Hudon reconnaît que rouler en monocycle, ce n'est pas tout à fait la même chose que se promener à vélo. «J'ai maintenant de meilleurs cuissards et un guidon», dit-il.

De tels voyages lui donnent aussi beaucoup d'expérience puisqu'il possède une entreprise mobile, Kaskade Monocycle, qui fait la vente et la réparation des monocycles. Il donne aussi des conférences et fait des spectacles.

Pierre-Olivier Hudon a aussi retenu quelques leçons de nutrition pour éviter les ennuis, notamment faire plus de places aux électrolytes pendant le voyage et moins aux sandwiches au poulet, s'hydrater davantage et garder les protéines pour le soir.

Bien qu'il s'entraîne régulièrement hiver comme été à parcourir des trajets de 8 à 10 kilomètres par jour, le jeune athlète indique que sa préparation pour le voyage à Philadelphie est plus mentale que physique et il voit comme une chance de la vie le fait de pouvoir s'imposer un tel défi.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer