Ponceau du rang de la Rivière-à-Veillet: retour à la circulation vers le 26 mai

Les travaux vont bon train à Sainte-Geneviève-de-Batiscan.... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les travaux vont bon train à Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Sainte-Geneviève-de-Batiscan) La circulation automobile devrait reprendre son cours normal autour du 26 mai dans le rang de la Rivière-à-Veillet, à Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

Rappelons qu'au début du mois de mai, la chaussée de ce rang très achalandé s'était effondrée vis-à-vis un ponceau qui avait cédé sous la pression de l'eau. Une voiture de patrouille transportant deux policiers de la Sûreté du Québec avait plongé en pleine nuit dans le trou béant d'environ un mètre de profondeur.

Depuis, les automobilistes qui avaient l'habitude d'emprunter cette voie pour se rendre à Sainte-Anne-de-la-Pérade, à Saint-Stanislas ou à Saint-Narcisse doivent faire des détours d'environ 15 kilomètres.

Cet ennui tire à sa fin.

Un ponceau tout neuf de neuf pieds (2,7 mètres) de diamètre a en effet été livré sur les lieux, une pièce qui ne se trouve évidement pas à la quincaillerie du coin. «Il a fallu le commander», signale le porte-parole du ministère, Jean Lamarche.

Même si l'attente peut sembler longue pour les gens qui sont aux prises avec les détours, M. Lamarche indique que les travaux de réparation sont dans les temps.

«On se donne dix jours ouvrables pour rétablir la circulation», a-t-il indiqué lundi. Dès l'effondrement, le ministère avait avisé la municipalité qu'il faudrait compter environ quatre semaines pour que les choses reviennent à la normale, confirme le directeur général, François Héneault.

C'est qu'une série de travaux doivent être exécutés avant de pouvoir mettre un nouveau ponceau en place, notamment dégager les débris de l'ancien ponceau, en commander un neuf, créer une déviation du cours d'eau et attendre que le niveau de l'eau baisse jusqu'à ce que l'endroit où sera installé le nouveau ponceau soit asséché.

On n'installe pas le ponceau directement sur le sol, ajoute M. Lamarche. Il faut aménager un coussin de support en pierres sur lequel il sera déposé.

Le ponceau serait mis en place dès jeudi. Par la suite, le ministère procédera au remblaiement. Il faudra alors y aller d'une succession de couches de 300 millimètres à la fois suivies chaque fois d'une compaction pour éviter tout mouvement du sol par la suite.

«On a toujours bon espoir qu'au vendredi, 26 mai, on aura une route sur laquelle les gens pourront circuler à nouveau», indique M. Lamarche.

C'est le seul incident majeur qui a frappé Sainte-Geneviève-de-Batiscan, ce printemps, indique M. Héneault. À cause de la nature très glaiseuse de son territoire, la municipalité a toutefois subi une bonne demi-douzaine de glissements de terrain dans des secteurs éloignés des résidences, fort heureusement.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer