Couillard à la rencontre des sinistrés

Le premier ministre Philippe Couillard, que l'on voit... (François Gervais)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard, que l'on voit ici en compagnie du député Marc H. Plante, a profité de son passage à Yamachiche pour discuter avec des sinistrés.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Yamachiche) Preuve que la situation est toujours critique dans la région, le premier ministre Philippe Couillard est allé à la rencontre des sinistrés des inondations à Yamachiche en fin d'après-midi jeudi.

Malgré la situation difficile dans laquelle ils se... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Malgré la situation difficile dans laquelle ils se trouvent, les sinistrés gardent le moral. On voit ici Jean-François Blais qui distribue des petits gâteaux aux soldats.

François Gervais, Le Nouvelliste

À en croire leur réaction lors de son arrivée, les résidents du secteur du chemin Louis-Gatineau avaient très hâte de voir le premier ministre débarquer chez eux. Ce dernier a d'ailleurs pris quelques minutes de son temps pour discuter avec plusieurs d'entre eux.

Accompagné pour l'occasion du député de Maskinongé Marc H. Plante ainsi que de la ministre responsable de la Mauricie Julie Boulet, il a assuré aux résidents touchés que son gouvernement allait tout mettre en oeuvre afin de les aider à se relever de cette difficile épreuve. Il a notamment confirmé que les soldats des Forces armées canadiennes allaient rester sur le terrain tant et aussi longtemps que leur présence sera nécessaire.

Selon le premier ministre, ces ressources vont notamment être mises à contribution lorsque l'eau se sera retirée et que l'opération grand ménage se mettra en branle. Il a confirmé qu'il s'était entendu sur ce point avec le premier ministre Justin Trudeau un peu plus tôt au cours de la journée de jeudi.

«Nous ne sommes pas à la veille d'écrire une lettre au gouvernement canadien pour lui dire que nous n'avons plus besoin des Forces armées», a-t-il déclaré lors d'une mêlée de presse.

Le premier ministre a aussi indiqué que son gouvernement travaillait présentement à revoir les programmes d'aide aux sinistrés, notamment en ce qui concerne les seuils d'admissibilité ainsi que les montants disponibles. Des annonces seront faites à ce sujet très prochainement selon lui. Dans cette optique, il a répété que son gouvernement n'allait pas laisser tomber les gens éprouvés.

«Dans notre tête, on se met déjà en mode rétablissement. [...] On va les aider. On ne comptera pas les sous. Je ne me pose même pas cette question-là. Par exemple, le programme d'aide que l'on annonce et que l'on va améliorer, il n'y a pas de limite budgétaire à ça. On ne dira pas à la 101e personne que c'est dommage, car il y en avait que pour 100 personnes. Nous allons débourser ce qui devra être déboursé. On fera les travaux d'infrastructures qui devront être faits avec les municipalités. C'est d'ailleurs un domaine dans lequel le fédéral pourrait être d'une précieuse aide», a-t-il dit.

Jean-François Blais fait partie des sinistrés qui s'étaient déplacés pour rencontrer le premier ministre. Il s'est entretenu avec lui pendant quelques minutes et s'est dit satisfait des propos qu'il a tenus.

«On ne peut pas être malheureux face à une révision de programme. C'est clair que ça nous sécurise», a confié celui qui a dû reprendre ses activités professionnelles cette semaine malgré la situation dans laquelle il se trouve présentement.

Également présent lors de la visite du premier ministre, le directeur régional de la Sécurité civile, Sébastien Doire, a indiqué que les différents intervenants sur le terrain sont toujours sur le qui-vive et qu'ils font tout ce qui est en leur pouvoir afin de se préparer au pire. Le directeur de la Sûreté du Québec, Martin Prud'homme, s'est également rendu sur place afin de voir comment les choses se déroulaient.

Plus tôt dans la journée, c'est à Trois-Rivières que les autorités gouvernementales et civiles ont fait le point sur la situation pour l'ensemble du Québec. Selon eux, les prochains jours seront difficiles dans la région en raison des fortes précipitations attendues, de l'impact des marées, des vents et de l'eau de la rivière Saint-Maurice.

En Mauricie et au Centre-du-Québec, on dénombre 21 municipalités touchées, 321 résidences inondées, 15 personnes évacuées, 48 routes affectées et 500 militaires déployés.

«Une région qui sollicite notre attention en particulier, c'est ici, en Mauricie, particulièrement autour du lac Saint-Pierre où les niveaux d'eau continuent d'augmenter», a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Avec des prévisions de 30 à 45 millimètres de pluie d'ici à lundi dans le Haut-Saint-Maurice et de 45 à 60 millimètres dans le Bas-Saint-Maurice, les niveaux d'eau devraient donc être à la hausse pour toute la région. Le lac Saint-Pierre subira aussi l'effet des marées qui atteindront leur pointe vendredi.

Par ailleurs, le ministre Heurtel a expliqué que le bassin versant de la rivière Saint-Maurice est contrôlé à 40 pour cent par cinq barrages qui ont permis jusqu'ici de retenir un débit additionnel de 2700 mètres cubes par seconde, mais cette valve de sécurité atteint maintenant ses limites avec les précipitations anormales, combinées à la fonte de quantités exceptionnelles de neige.

«Certains de nos réservoirs, particulièrement Manouane, sont à toutes fins pratiques presque pleins et donc, il faut laisser aller un peu de débit», a déclaré M. Heurtel. Une information confirmée au Nouvelliste par le directeur, Production des Cascades à Hydro-Québec, Jacques A. Chauvette.

Avec PC




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer