Nicolet retient son souffle

Plusieurs avenues perpendiculaires au Fleuve Ouest sont inondées... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Plusieurs avenues perpendiculaires au Fleuve Ouest sont inondées à Nicolet.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Depuis dimanche midi, dans l'ancienne résidence des Soeurs Grises, l'équipe coordonnée par Geneviève Duval, de la Ville de Nicolet, est fin prête à recevoir le premier sinistré des inondations. Mais jusque-là, les rares personnes évacuées de leur propre chef ont préféré se réfugier chez la famille ou des amis plutôt que de profiter de l'une des 73 chambres mises à leur disposition au centre d'hébergement du 905, rue Saint-Jean-Baptiste.

Les chambres du centre d'hébergement, situé dans l'ancienne... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Les chambres du centre d'hébergement, situé dans l'ancienne résidence des Soeurs Grises, sont prêtes à recevoir les sinistrés des inondations à Nicolet.

Stéphane Lessard

Alors qu'elle se rendait à sa résidence de la 4e Avenue, tout en parcourant prudemment un tronçon du Fleuve Ouest passablement submergé, une automobiliste, Sonia Roberge, envisageait justement la possibilité de trouver refuge chez sa soeur, sur le rang Saint-Alexis.

Mais pour Marielle Tousignant, et sa belle-fille Sandra Béliveau Champagne, qui demeure tout près sur le Fleuve Ouest, la crue des eaux n'est pas encore suffisamment menaçante. «On surveille ça évidemment», a confié celle qui vit à cet endroit depuis bientôt 40 ans.

Pourtant, il suffit de parcourir les longs corridors du centre d'hébergement, avec sa cinquantaine de lits, gracieuseté des religieuses et de l'École nationale de police, et sa cafétéria, pour constater à quel point la Ville de Nicolet est prête à gérer une évacuation massive et recevoir autant les familles que les personnes à mobilité réduite.

«On a fait le tour avec nos pompiers de toutes les maisons qui étaient ciblées et on a un portrait assez juste de qui souhaite rester, qui souhaite quitter. Pour l'instant, à peu près tous les gens sont dans leur maison. Ce sont plus de 300 adresses. Il n'y a aucun ordre d'évacuation. À ce stade-ci, les gens souhaitent encore demeurer dans leur maison. Mais ils ont dit qu'ils allaient quitter si jamais le niveau d'eau devenait inquiétant», a indiqué la mairesse Geneviève Dubois.

Celle-ci espère toutefois que les citoyens concernés quittent leur résidence avant que les accès routiers ne soient plus praticables. «On ne sait pas à quelle hauteur l'eau va monter ni à quoi ça va ressembler sur le terrain. On est en mode alerte, car on a un niveau d'eau qui est supposé augmenter», poursuit-elle tout en situant le prochain sommet de la crue dans la nuit de jeudi à vendredi.

Cette dernière se dit «plus que satisfaite» du déroulement des opérations. «Ici, ça va bien, les gens sont contents et se sentent rassurés. «Pour l'instant, il n'y a personne au centre d'hébergement, mais il est toujours ouvert», précise-t-elle. D'ailleurs, des bénévoles et des employés municipaux sont sur place 24 heures sur 24.

Par ailleurs, le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, avait profité, la veille, de sa journée de congé parlementaire forcé pour visiter certaines zones affectées. 

«Je suis de tout coeur avec ceux et celles qui sont confrontés à cette dure épreuve. Je sais qu'ils vivent des moments difficiles, mais je les encourage à faire preuve de beaucoup de patience, de courage et de détermination dans les prochains jours et les prochaines semaines», a-t-il commenté.

Le représentant caquiste a souligné l'importance des efforts déployés par les municipalités et les représentants du ministère de la Sécurité publique et il salue également la présence des militaires venus prêter main-forte aux autorités locales. Il a aussi exhorté les citoyens à suivre les recommandations et les directives des autorités, qui visent avant tout à assurer la sécurité de la population.

«C'est sûr que la mobilisation actuelle est très forte et très impressionnante, mais il faudra absolument la maintenir, une fois que l'eau aura commencé à se retirer et que les caméras seront parties. Je vais être vigilant là-dessus et faire en sorte que le sort des sinistrés ne tombe pas dans l'oubli quand les choses reviendront graduellement à la normale. C'est peut-être à ce moment-là que ces citoyens auront le plus besoin de notre appui», soutient M. Martel.

Ce dernier a invité les sinistrés qui le désirent à s'adresser au personnel du bureau de circonscription au 819 233-3521 pour obtenir de l'aide, de l'information ou du soutien.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer