Inondations: le brigadier général a parcouru les zones sinistrées de la région

Le brigadier général Hercule Gosselin a salué les... (François Gervais)

Agrandir

Le brigadier général Hercule Gosselin a salué les militaires déployés à Nicolet.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nicolet) Le travail des militaires des Forces armées canadiennes a été souligné et encouragé, mercredi, par le brigadier général Hercule Gosselin, commandant de la 2e division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées. De passage dans la région pour constater de visu l'état de la situation des inondations, le brigadier général en a aussi profité pour rencontrer les autorités de la Sécurité civile afin de s'assurer que les officiers de l'armée déployée en Mauricie étaient en nombre suffisant pour répondre aux besoins.

Hercule Gosselin a d'abord survolé les secteurs sinistrés en hélicoptère mercredi matin avant de se poser à la Réserve navale de l'île Saint-Christophe où il a rencontré l'ensemble des intervenants de la Sécurité civile. Il s'est par la suite rendu en bateau de l'autre côté du fleuve, à Nicolet, pour rendre visite aux troupes et rencontrer la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois. 

«C'est important d'être sur le terrain, voir ce que vivent nos membres. Les encourager aussi, quoique je dois dire que je n'ai pas un gros travail d'encouragement à faire. Les troupes sont excessivement motivées de pouvoir aider la population qui, parfois, se retrouve dans des situations très difficiles. Je veux m'assurer que toutes les ressources sont à leur disposition, que les plans qui sont mis en oeuvre, en soutien à la Sécurité civile, soient exécutés comme il se doit. En étant sur le terrain, ça me permet de m'assurer que tout est bien coordonné, que toutes les ressources sont là, et qu'on est capable de rencontrer les attentes», indique le brigadier général Gosselin, qui n'a pas hésité à qualifier la situation d'exceptionnelle tout en soulignant que les citoyens de la région étaient confrontés à des circonstances excessivement difficiles.

L'image de cette visite de quelques heures avait de quoi frapper l'imaginaire, alors que le déploiement militaire dans la région s'est étendu sur plusieurs municipalités durant la journée, allant de Batiscan à Champlain, Trois-Rivières et Maskinongé, en plus de Yamachiche, Louiseville, Bécancour et Nicolet où l'armée était déjà présente.

Un déploiement important avait été mis en place... (François Gervais) - image 2.0

Agrandir

Un déploiement important avait été mis en place pour permettre la visite du brigadier général. À son arrivée à Nicolet, un hélicoptère l'attendait pour le ramener vers Montréal.

François Gervais

Un peu partout, on peut voir des militaires qui remplissent des sacs de sable et, dans certains cas, les livrent aux sinistrés comme il a été observé notamment du côté de Yamachiche, à bord d'une embarcation de fortune. D'autres militaires s'assurent de faire certaines patrouilles pour assurer une présence sur le terrain.

«Je suis très satisfait du travail qui s'est fait par l'ensemble des membres des Forces armées canadiennes, et ça aussi c'est tributaire de l'excellente coordination qui est faite dans les centres de coordination régionaux de la Sécurité civile. Ça permet de coordonner nos efforts et maximiser l'apport des Forces canadiennes là où les autorités civiles en ont besoin. Je pense que c'est très efficace», a fait savoir le brigadier général.

Questionné sur certaines insatisfactions de la part de citoyens qui aimeraient que les militaires prennent encore plus part aux opérations, notamment en aidant les citoyens à construire les digues, Hercule Gosselin a encouragé les citoyens qui avaient des besoins particuliers à les manifester à leurs autorités municipales, qui sont par la suite en mesure de demander l'intervention de la Sécurité civile et aussi de l'armée. «Toutes ces demandes sont envoyées au centre de coordination régional. C'est là que les Forces canadiennes ont les officiers de liaison et c'est là qu'on voit à quel endroit les Forces canadiennes peuvent être mises à profit. C'est pour ça que je suis ici, bien comprendre l'ensemble des besoins, des priorités», a-t-il déclaré plus tôt dans la journée, lors d'un point de presse donné à Trois-Rivières.

À la Réserve navale, tout près de 100 militaires ont établi leur camp de base et sont séparés en huit dortoirs, où ils viennent se reposer quelques heures avant de repartir sur le terrain pour accomplir les différentes tâches. D'autres militaires sont aussi installés du côté de l'aréna de Louiseville, où les lits de camp sont alignés pour permettre aux soldats de dormir et prendre une douche entre deux patrouilles.

Pourraient-ils être plus nombreux à être déployés au cours des prochains jours? À cette question, le brigadier général demeure vague, indiquant seulement que «la situation évolue très rapidement et à mesure que la situation évolue, il y a des plans de contingence qui sont déployés continuellement».

Des sacs de sable pour tous

Par ailleurs, la Ville de Nicolet a annoncé qu'elle était désormais en mesure de produire des sacs de sable aussi pour certaines municipalités qui auraient des manques et des besoins de ce côté. Mercredi, tout près de 2000 sacs de sable ont été confectionnés par l'armée à Nicolet et ont été envoyés vers d'autres municipalités qui en avaient fait la demande. 

«On est en mode aide, même si nous-mêmes nous sommes touchés par les inondations. Il y aura à peu près 2000 sacs qui seront faits aujourd'hui et distribués à des municipalités qui en ont grandement besoin. Les demandes doivent être acheminées au ministère de la Sécurité publique via la Sécurité civile. Ils vont s'organiser avec l'armée pour donner les tâches et déployer les sacs. On a un système hyper efficace et ça pourra servir les autres municipalités. On a déjà dépanné des municipalités, mais là on le fait de façon officielle et les gens doivent aussi passer par les canaux officiels», explique la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois.

Cette dernière ajoute que le nombre qui sera produit par jour pour les autres municipalités sera déterminé au jour le jour, au gré des besoins des citoyens de Nicolet qui demeurent la priorité. 

«Chaque jour sera à revoir parce qu'on ne sait pas ce qui nous attend. On est en mode alerte alors on reste disponible pour notre population, mais si on peut en faire pour les autres aussi, ce sera avec plaisir», ajoute la mairesse.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer