Hydro-Québec assure que la situation est sous contrôle

Jacques A. Chauvette, directeur de la production région... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jacques A. Chauvette, directeur de la production région Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec, assure que la situation est sous contrôle.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Hydro-Québec surveille toujours la crue des eaux de près. La société d'État assure que la situation, du moins la partie qu'elle peut gérer, est sous contrôle dans le Haut Saint-Maurice. Hydro-Québec maintient le plan d'action prévu.

«La situation est toujours sous contrôle. On a Dame nature qui a été bien généreuse lors du dernier week-end. Elle a déversé 15 millimètres de pluie de plus que ce que les experts prévoyaient. C'est cette pluie-là qui entre dans la rivière et on voit l'impact du côté de La Tuque», mentionne Jacques A. Chauvette, directeur de la production région Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec.

Ce dernier a réitéré que le barrage Gouin était fermé. Les barrages de la Manouane par ailleurs ont commencé à être ouverts, comme prévu dans leur plan. «Les débits qu'on ouvre aujourd'hui vont se déverser dans la rivière Saint-Maurice seulement jeudi lorsqu'on va ouvrir le barrage Manouane-C. Cette eau-là qui va arriver en surplus va être contenue dans le Réservoir blanc. Celui-ci va jouer son rôle de retenir dans le Haut Saint-Maurice environ 800 mètres cubes qui n'aura pas à aller vers le sud», explique-t-il.

«On ne contrôle pas tout ce qui ruisselle vers la rivière. C'est ça qui s'écoule présentement.»

D'ailleurs, Dame nature semble vouloir collaborer selon Hydro-Québec et la température de lundi est idéale pour calmer la situation.

«C'est nuageux, c'est frais et il ne pleut pas. Ça nous aide beaucoup parce que ça ralentit la fonte du couvert de neige dans le Haut Saint-Maurice. La nuit ça gèle, encore une fois cela nous aide. Dame nature semble vouloir mieux collaborer», a commenté M. Chauvette.

Hydro-Québec affirme que la situation est également contrôlée à Sainte-Anne-de-la-Pérade où un glissement de terrain a menacé un pylône électrique d'Hydro-Québec. Un imposant trou s'est formé à la base d'un des piliers de la structure.

«Nos équipes sont allées. Il faut comprendre que ces pylônes-là sont conçus pour être capables de tenir seulement sur trois pattes. Dans ce cas-ci, les quatre pattes sont encore bien assises. [...] Le massif de béton est encore bien présent, même si la patte est un peu dégarnie», a affirmé Jacques A. Chauvette.

Les équipes d'Hydro-Québec ont quand même fait le travail nécessaire pour le consolider. La surveillance va être maintenue pour le futur. Des géologues étudieront le terrain dans les prochaines semaines. «Pour le long terme, ça va aller dans quelques semaines, mais pour le moment tout est stabilisé», a-t-il conclu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer