Le sommet des crues pourrait être atteint entre lundi et mercredi

À Gatineau, en Outaouais, 411 résidences ont été évacuées... (Le Droit)

Agrandir

À Gatineau, en Outaouais, 411 résidences ont été évacuées et 708 personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge. La situation est si préoccupante dans cette région que le gouvernement du Québec a annoncé que ses bureaux de Gatineau seront fermés le 8 mai. Il demande de plus à ses employés d'éviter les déplacements.

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Plus de 130 municipalités, de l'Outaouais jusqu'en Gaspésie, sont touchées par les inondations et la situation pourrait bien s'aggraver, ont indiqué les autorités civiles, dimanche.

En conférence de presse, dimanche après-midi, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a affirmé que le sommet des crues pourrait être atteint entre lundi et mercredi selon les régions.

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a souligné que les villes faisaient face à une grande quantité d'eau, mais aussi à un débit important, qui s'élève à près de 9000 mètres cubes par seconde.

Le débit devrait ralentir mardi, ce qui pourrait permettre - si rien ne se complique - de diminuer les niveaux d'eau, a ajouté le ministre Heurtel.

Plus tôt, la ville de Montréal a décrété l'état d'urgence sur son territoire à cause de la dégradation de la situation. Dans la métropole, 221 personnes ont été évacuées jusqu'à maintenant, selon le maire Denis Coderre.

Le maire a précisé que l'armée était à pied d'oeuvre depuis 4 h, dans la nuit de samedi à dimanche.

Dans la province, près de 1900 domiciles sont inondés dans 126 municipalités. Plus d'un millier de résidants ont été évacués.

Un certain nombre de routes ont été complètement ou partiellement fermées à la circulation en raison des inondations.

En soirée, le site du ministère des Transports du Québec annonçait que le pont Galipeault, qu'emprunte l'autoroute 20 entre Sainte-Anne-de-Bellevue et l'île Pierrot, était fermé pour une durée indéterminée à cause d'une accumulation d'eau.

En Gaspésie, plusieurs routes sont fermées à la circulation à cause des inondations. Le MTQ fait état de la 195 entre la route de la Boucanerie et le pont Michaud, à Saint-René-de-Matane, de la 198, de Saint-Maxime-du-Mont-Louis à Mont-Albert, de la 234, entre la 132 et le 3e Rang ouest et de la 299, à deux endroits différents.

En Outaouais, l'autoroute 50 est fermée partiellement ou complètement à divers endroits.

Certains chemins secondaires sont également fermés à la circulation à cause des inondations à Montréal, à Laval, en Montérégie, en Gaspésie, en Outaouais ou dans le Centre-du-Québec.

L'armée en renfort

Appelée en renfort, l'armée canadienne a annoncé dimanche qu'elle allait tripler ses effectifs pour venir en aide aux sinistrés.

Le lieutenant-colonel Pascal Larose a indiqué qu'environ 400 militaires sont déployés entre les secteurs de Gatineau et de Rigaud, 550 dans la grande région de Montréal-Laval, 75 dans la région de Trois-Rivières et de Nicolet et 200 sur la Rive-Sud. L'armée a aussi envoyé 15 bateaux et des ensacheuses pour mettre du sable dans les sacs.

À ce total, s'ajoutent quelque 200 policiers de la Sûreté du Québec dont la tâche est de tenter de convaincre les personnes affectées de quitter leur domicile et de protéger les lieux 24 heures sur 24.

«Les véhicules blindés permettent de passer dans des endroits moins accessibles, il y a des machines pour des sacs de sable. Surtout on a la «masse» de militaires qui peuvent être présents à plus d'endroits que la sécurité publique peut le faire dans des conditions normales», a affirmé le lieutenant-colonel Larose.

«(Les militaires) remplissent des sacs de sable, surveillent des digues, des infrastructures critiques comme des installations de pompage d'eau», a-t-il poursuivi.

Dans les Laurentides, à Oka, la situation est critique. Le sous-sol de l'hôtel de ville a été inondé au cours de la nuit de samedi à dimanche, alors qu'une soixantaine de résidences ont aussi été envahies par l'eau.

Le maire Pascal Quevillon s'était plaint plus tôt dans la journée que sa demande d'aide de l'armée canadienne n'ait pas encore été entendue, mais il semble que les soldats soient maintenant sur place.

Pointe-Calumet, Saint-André d'Argenteuil et Saint-Placide sont aussi très touchées par les inondations.

À Gatineau, en Outaouais, 411 résidences ont été évacuées et 708 personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge.

La situation est si préoccupante dans cette région que le gouvernement du Québec a annoncé que ses bureaux de Gatineau seront fermés le 8 mai. Il demande de plus à ses employés d'éviter les déplacements.

Le secrétariat du Conseil du Trésor fédéral a publié un communiqué pour aviser certains des employés fédéraux de ne pas se rendre au travail «s'ils utilisent normalement les ponts interprovinciaux visés (ou) s'ils travaillent dans les immeubles fédéraux de Gatineau, car ces immeubles seront fermés».

En Montérégie, la ville de Rigaud est la plus affectée. L'état d'urgence est en vigueur depuis plusieurs jours.

Le maire Hans Gruenwald a indiqué que la ville avait ordonné une évacuation obligatoire pour un certain nombre de résidences. Il a dit à des journalistes, dimanche matin, que les pompiers iront de maison en maison s'assurer que les gens affectés quittent leur foyer.

«Nous allons suivre le département des incendies et évacuerons des gens si cela est nécessaire. C'est ça ou nos services pourraient être obligés d'évacuer ces gens sur des civières à deux heures du matin.»

Éric Houde, de la direction générale de la sécurité civile, a indiqué dimanche avant-midi que les niveaux d'eau étaient en augmentation au barrage de Carillon, situé sur la rivière des Outaouais, en amont de Rigaud, ainsi que dans les rivières des Mille-Îles et des Prairies.

Selon le ministre Heurtel, toutefois, il n'y a pas lieu d'être inquiet sur le plan de l'intégrité de la structure.

Croix-Rouge

Des bénévoles de la Croix-Rouge canadienne se chargent de recevoir les sinistrés dans une dizaine de centres d'accueil et d'information (CAI) ayant été mis en place au Québec.

Selon la porte-parole de l'organisme dans la province, Geneviève Déry, ces âmes charitables s'efforcent de leur offrir un soutien logistique doublé d'un appui moral.

«Quand les gens se présentent dans les centres, on procède à l'évaluation de leurs besoins . Habituellement, ils viennent y chercher de l'aide parce qu'ils n'ont plus accès à leur maison. Alors, on les oriente vers des hôtels. On s'assure qu'ils ont des vêtements et de la nourriture», a-t-elle mentionné.

«Quand les gens partent de chez eux, ils ignorent dans quel état ils vont retrouver leur domicile. Dans ce contexte difficile, ils ont besoin de savoir qu'ils peuvent être écoutés», a-t-elle ajouté.

Mme Déry a souligné qu'éventuellement, d'autres CAI pourraient être ouverts.

«On évalue la situation. On travaille en étroite collaboration avec les autorités. On est là à leur demande donc, dès qu'il y aura un besoin et que la Croix-Rouge sera contactée, on déploiera du matériel et des bénévoles», a-t-elle précisé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer