Des travaux de rénovation à l'eau

Quelques jours après avoir terminé les travaux de... (François Gervais)

Agrandir

Quelques jours après avoir terminé les travaux de rénovation de sa résidence, Léa Veillette a vu son sous-sol être inondé.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Voir sa maison être inondée lors d'un coup d'eau n'est jamais une expérience plaisante à vivre. Ça l'est encore moins lorsqu'on vient tout juste de terminer des travaux de rénovation.

C'est ce qui est arrivé au cours des derniers jours à Léa Veillette, qui a vu le sous-sol de sa résidence de la rue du Bord-du-Fleuve à Trois-Rivières être inondé comme l'ont été ceux de plusieurs autres maisons situées aux abords des cours d'eau. Après avoir consacré beaucoup de temps et d'efforts afin de mettre sa propriété à son goût, la dame se dit découragée à l'idée de devoir tout recommencer. En raison de l'inondation, elle a notamment dû complètement enlever le plancher qu'elle venait d'installer. 

«Le sous-sol est l'endroit dans la maison où nous avons travaillé le plus dur, car c'était vraiment désuet et vieux. Il n'y avait rien. C'est triste d'avoir dû tout arracher, mais au moins j'ai eu de l'aide», mentionne-t-elle.

Et comme il semble que le pire reste à venir, Mme Veillette est toujours sur le qui-vive et espère qu'elle ne subira pas d'autres dégâts. Elle ne se fait cependant pas d'illusion car sa maison est située très près du fleuve Saint-Laurent. Elle profitera d'ailleurs du week-end pour la protéger avec des sacs de sable.

«Quand les pompiers sont venus ici, ils nous ont dit que nous avions un des terrains les plus près [du fleuve]. Présentement, le niveau est vraiment, vraiment haut. C'est certain que c'est inquiétant, mais nous n'avons pas le choix de lâcher prise et de nous abandonner à Dame Nature. Ça nous ramène à l'essentiel on dirait. C'est sûr que ce n'est pas une énorme catastrophe naturelle, mais ça change quand même notre état d'esprit», philosophe-t-elle.

En pleine nuit

Léa Veillette dormait à poings fermés lorsque l'eau a commencé à envahir le sous-sol de sa résidence. Ce sont des bruits provenant de la tuyauterie qui l'ont réveillée et qui lui ont donné l'idée d'aller voir dans le sous-sol au cas où...

«Je suis descendue et j'ai vu l'eau monter. Ça monte tellement vite. En une demi-heure, il y en avait déjà un pied», raconte-t-elle. 

En tout, l'eau est rentrée dans le sous-sol à quatre reprises, car la pompe qui s'y trouvait ne suffisait pas.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer