Le vent se met de la partie

Les citoyens habitant en bordure du fleuve Saint-Laurent,... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Les citoyens habitant en bordure du fleuve Saint-Laurent, comme ceux installés près des rivières, devront affronter une nouvelle fin de semaine marquée par beaucoup de pluie et de forts vents.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les intervenants sont prêts à faire face à une fin de semaine qui s'annonce très mouvementée en matière d'inondations si jamais les quantités de pluie et les vents annoncés se concrétisent.

Entre 20 et 40 mm de pluie sont attendus d'ici lundi en Mauricie et au Centre-du-Québec. Les prévisions météorologiques indiquent que les vents de l'est et du nord-est souffleront jusqu'à 60 km/h d'ici samedi soir, un élément de plus pour compliquer la vie des riverains.

«Le vent est à surveiller en fin de semaine. On aura des vents soutenus, ce qui va causer une augmentation du niveau du fleuve. Les vents vont pousser l'eau sur les rives. On risque d'être occupé», raconte le porte-parole de la Sécurité civile, Thomas Blanchet.

En tant que pêcheur commercial, Roger Michaud connaît le lac Saint-Pierre comme le fond de sa poche. Le maire de Maskinongé croit que si les prévisions météorologiques s'avèrent, les résultats risquent d'être spectaculaires.

«Si on a tout ce qui est annoncé, ça va être rock and roll. S'il tombe 30 mm de pluie, mêlée avec les marées qui sont plus fortes et des vents de l'est, ce sont des conditions idéales pour faire monter l'eau rapidement. Ça va faire un beau cocktail et un casse-tête pour les citoyens, parce que l'eau pourrait monter d'un pied.»

Les forts vents de l'est et du nord-est empêchent l'eau du fleuve Saint-Laurent de s'écouler. Ils agissent comme une barrière en retenant l'eau plus longtemps, ce qui occasionne des débordements.

«On pourrait avoir des inondations plus importantes en fin de semaine, s'il tombe ce qui est annoncé. Ça va être compliqué pour les municipalités riveraines du lac Saint-Pierre. S'il vente de l'est, les vagues vont passer par-dessus la 138 à Pointe-du-Luc face à la halte d'observation», prévoit M. Michaud.

Jacques Taillefer, directeur général et coordonnateur des mesures d'urgence à Sainte-Anne-de-la-Pérade, reconnaît que les vents annoncés n'aideront en rien la situation.

«On annonce des vents du nord-est. Ça veut dire que l'eau vient fouetter les quais des maisons.»

Les municipalités qui longent le lac Saint-Pierre et le fleuve Saint-Laurent surveillent attentivement les variations du niveau de l'eau qui devrait passer de 3,47 mètres, vendredi, à 3,30 mètres, dimanche. Personne ne parle de situation de panique, mais chaque municipalité veille au grain.

La Sécurité civile surveillera également le secteur de la Haute-Mauricie à compter de samedi. Les températures clémentes favoriseront la fonte des neiges, entraînant un impact à la hausse sur les cours d'eau. Selon la Ville de La Tuque, la neige représente un potentiel de 100 à 130 mm d'eau.

Une hausse de la rivière Saint-Maurice est prévue à la hauteur de Shawinigan. Le niveau était de 81,49 mètres vendredi. Les prévisions établissent le niveau à 82,80 mètres dimanche.

Dans le secteur Baie-de-Shawinigan, les deux voies de la route 153 seront ouvertes cette fin de semaine. Les travaux reprendront lundi.

Des employés des travaux publics de Shawinigan font... (Sylvain Mayer) - image 2.0

Agrandir

Des employés des travaux publics de Shawinigan font preuve de gentillesse en transportant des écoliers du secteur de l'avenue du Beau-Rivage pour les déposer à leur domicile en toute sécurité.

Sylvain Mayer

La Croix-Rouge est prête

Aucun avis d'évacuation obligatoire n'a été émis. Si des citoyens demandent d'être évacués, les administrations municipales sont là pour les aider. Celles-ci peuvent compter sur l'apport de la Croix-Rouge, prête à envoyer ses équipes de bénévoles sur le terrain.

«Nos bénévoles sont prêts à intervenir. On est sur un pied d'alerte», déclare Carl Boisvert, attaché de presse pour la division québécoise de la Croix-Rouge.

L'organisme regroupe 2500 bénévoles intervenant au Québec, dont 81 en Mauricie et 53 au Centre-du-Québec. Le niveau d'organisation est tel que la Croix-Rouge sait déjà quels établissements hôteliers peuvent accueillir des sinistrés et quels restaurants sont en mesure de les nourrir.

«Le nombre de bénévoles requis dépend du nombre de personnes à aider. Mais on pourrait appeler les 81 bénévoles de la Mauricie si la demande devait se faire», rappelle M. Boisvert.

La Croix-Rouge avait été très présente en 2011 lors des inondations en Montérégie. Quelque 594 bénévoles de partout au Québec avaient convergé vers cette région. Selon les statistiques fournies par l'organisme, environ 250 familles de la Montérégie avaient été aidées par la Croix-Rouge.

Le CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec informe de son côté les gens affectés par les inondations que du soutien psychosocial est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en contactant le service Info-Social en composant le 811, option 2. 

Des intervenants psychosociaux qualifiés pourront conseiller les personnes affectées, leur donner de l'information et les référer aux ressources appropriées de la région. Au besoin, un intervenant pourrait se déplacer dans le milieu afin d'effectuer une intervention. 

De plus, des fiches d'information ont été rendues accessibles sur le site Internet du CIUSSS MCQ à la page www.ciusssmcq.ca/informations/inondations pour renseigner la population sur les actions à poser pour prévenir les risques que peuvent avoir les inondations sur la santé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer