La rive sud sur le qui-vive

  • Un riverain, Alain Sirois, a reçu l'aide d'une étudiante de l'École nationale de police de Nicolet, Kim Zeestraten, pour transporter les sacs de sable sur son terrain. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Un riverain, Alain Sirois, a reçu l'aide d'une étudiante de l'École nationale de police de Nicolet, Kim Zeestraten, pour transporter les sacs de sable sur son terrain.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 1 / 7
  • Le débordement du fleuve Saint-Laurent a amené son lot de débris sur ce quai à Nicolet. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le débordement du fleuve Saint-Laurent a amené son lot de débris sur ce quai à Nicolet.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 2 / 7
  • Cette érosion le long de la route 132 préoccupe le conseil municipal de Bécancour qui se penche sur d'éventuels travaux préventifs. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Cette érosion le long de la route 132 préoccupe le conseil municipal de Bécancour qui se penche sur d'éventuels travaux préventifs.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 3 / 7
  • L'eau du fleuve Saint-Laurent envahit peu à peu les terres riveraines à Bécancour. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    L'eau du fleuve Saint-Laurent envahit peu à peu les terres riveraines à Bécancour.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 4 / 7
  • Les animaux sont en sécurité malgré l'inondation qui frappe le Zoo académie de Nicolet. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Les animaux sont en sécurité malgré l'inondation qui frappe le Zoo académie de Nicolet.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 5 / 7
  • La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, a fait le point sur l'impact de la crue des eaux aux côtés de son directeur du Service de sécurité incendie, Michel Legault. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, a fait le point sur l'impact de la crue des eaux aux côtés de son directeur du Service de sécurité incendie, Michel Legault.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 6 / 7
  • Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, s'est fait rassurant sur le comportement du fleuve Saint-Laurent lors d'un point de presse tenu au quai de Sainte-Angèle. (François Gervais, Le Nouvelliste)

    Plein écran

    Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, s'est fait rassurant sur le comportement du fleuve Saint-Laurent lors d'un point de presse tenu au quai de Sainte-Angèle.

    François Gervais, Le Nouvelliste

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Même s'ils ne sont pas encore en mode panique, les maires de Bécancour et Nicolet sont sur le qui-vive alors que le niveau élevé du fleuve Saint-Laurent ne cesse de causer des maux de tête à plusieurs riverains qui tentaient de se débattre, mercredi, avec des vagues de plus en plus menaçantes pour l'arrière de leurs propriétés.

«Le mur est en train de tomber», a lancé un citoyen du chemin du Fleuve, Alain Sirois, qui se dépêchait d'installer des sacs de sable. Heureusement pour lui, le centre de distribution était situé de l'autre côté de la rue, mais la crevaison à sa brouette est venue lui compliquer la vie.

Il aura eu droit à un coup de main de la part de l'une des étudiantes de l'École nationale de police de Nicolet, Kim Zeestraten, qui veillait à la circulation devant le stationnement de la chapelle, avec deux autres collègues, «à la demande de notre superviseur en cette journée policière».

Car on assistait à un va-et-vient de résidents qui faisaient la file pour se procurer les précieux sacs. C'était le cas, entre autres, de Nathalie Houde, qui était venue donner un coup de main à son père. Des sacs de sable étaient aussi disponibles dans le stationnement du Club nautique de la Batture.

«Pour l'instant, une quarantaine de maisons sont isolées à cause de l'eau. Nous poursuivons nos mesures actuelles et aucun avis d'évacuation n'a été émis pour l'instant. Les gens peuvent demeurer dans leur résidence», expliquait en matinée la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois.

Le niveau du fleuve était alors stable à 3,83 mètres au quai et 3,55 mètres à la bouée au lac Saint-Pierre. «La problématique actuelle est la force des vents qui pousse l'eau et amène plusieurs débris. Le niveau d'eau pourrait augmenter en fin de journée principalement à cause de la marée», confiait-elle.

La veille, les pompiers avaient distribué de l'information dans les maisons en plus d'y répertorier les gens. «Pour l'instant, tout va bien, ils sont capables de se déplacer et se sentent en sécurité dans leur maison», a précisé Mme Dubois.

Néanmoins, certaines rues étaient fermées à la circulation, telle que Paul-Hubert, Napoléon-Duval, du Phare et Duval ainsi que quelques avenues. Les instances municipales sont en contact régulier avec la Sécurité civile et une vingtaine de personnes travaillent jour et nuit pour «prendre en charge la situation, surveiller ce qui se passe et répondre aux urgences».

«On demande aux gens d'être prudents, de ne pas prendre de risque inutile et surtout de ne pas hésiter à téléphoner le 911 si jamais leur situation changeait drastiquement. On n'est pas en mesure de dire ce que les prochains jours nous réservent», a avoué celle qui suggère aux citoyens concernés de préparer une trousse d'urgence en cas de départ rapide.

D'ailleurs, dans un éventuel besoin d'hébergement, le centre des arts populaires est prêt à dépanner temporairement, en collaboration avec la Croix-Rouge.

«Les choses se déroulent très bien. Nous sommes conscients que la situation est exceptionnelle, ça fait des années qu'on n'a pas vu ça. Ça peut susciter une certaine curiosité, mais on demande aux gens de respecter les consignes de circulation locale, car ça nous empêche de travailler comme on le voudrait», poursuit Geneviève Dubois.

Du côté du Zoo académie de Nicolet, dont les installations sont inondées, tous les animaux étaient en sécurité et au sec. «On est en situation d'alerte, mais tout est stable», a confié la directrice opérationnelle, Caroline Métayer Dallaire, estimant à plusieurs centaines de milliers de dollars les dommages causés à certaines infrastructures.

À Bécancour, le maire Jean-Guy Dubois semblait plutôt rassuré après une conférence téléphonique avec des représentants d'Environnement Canada et de Pêches et Océans Canada. «Il ne semble pas y avoir d'augmentation importante d'ici lundi, mais on continue tout de même à dire à nos citoyens de se préparer en fonction de 30 centimètres de plus. 

Les averses de la fin de semaine vont se faire sentir vers la fin de la journée de lundi et mardi. On ne sait pas ce qui va se passer. On ose espérer qu'on aurait atteint le maximum», a-t-il soutenu tout en avouant son inquiétude par rapport à une certaine portion de la route 132. Des travaux préventifs sont même envisagés par le conseil municipal.

Pendant ce temps, plusieurs mesures sont en vigueur pour les 275 résidences vulnérables alors qu'une quinzaine de rues «sont plus ou moins praticables». Les citoyens peuvent se procurer des sacs de sable à l'Atelier municipal et des visites préventives de courtoisie seront effectuées par le Service de sécurité incendie auprès de chaque résidence située sur les rues riveraines des secteurs Bécancour, Sainte-Angèle, Gentilly et Saint-Grégoire.

En cas d'inondation, les citoyens sont invités à composer le 819 294-6500 en tout temps ou le 911. Et sur la page d'accueil du site Internet (www.becancour.net), on peut y retrouver des mesures préventives et des instructions concernant les règles à suivre lors d'une inondation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer