Mario De Tilly écorche Martine Pepin

Le directeur général d'IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général d'IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Au moment même où la candidate à la mairie, Martine Pepin, voit d'un mauvais oeil l'implication d'Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières dans les affaires de Bécancour, le directeur général de l'organisme, Mario De Tilly, annonce l'ajout d'une ressource sur la rive sud tout en écorchant au passage l'ancienne directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec pour ses propos.

Martine Pepin... - image 1.0

Agrandir

Martine Pepin

«La compétition est maintenant internationale. Elle n'est pas entre régions. De dire qu'on va faire sa petite affaire chez soi, ça relève du duplessisme de mauvais aloi d'il y a 50, 60, 80 ans. On est rendu ailleurs, il faut qu'on travaille en collaboration», a-t-il confié au Nouvelliste.

Selon lui, craindre de voir IDE amener les beaux dossiers à Trois-Rivières plutôt qu'à Bécancour, «c'est faire fi de notre professionnalisme». «Et c'est prendre le client pour un imbécile, car il a déjà une bonne idée de l'endroit où il veut s'installer. Les dossiers que l'on travaille en ce moment pour Bécancour, on ne peut pas les amener à Trois-Rivières et vice versa», affirme M. De Tilly.

Et quand l'aspirante à la mairie de Bécancour dit voir mal qu'IDE ait un beau commerce de détail et qu'il l'envoie sur la rive sud, le directeur général trouve qu'elle prend un «très mauvais exemple».

«Je serais très surpris qu'un Walmart veuille s'installer à Bécancour. Il faut regarder les choses d'une façon réaliste. On est aujourd'hui dans une obligation de travailler tous ensemble, et GROUPÉ a démontré que c'est extrêmement intéressant de travailler ensemble», a-t-il ajouté.

D'ailleurs, si un poste d'agent de développement économique spécifique à la Ville de Bécancour vient d'être affiché par IDE Trois-Rivières, «c'est qu'on a un surcroît de travail».

«Le but est d'avoir un agent de développement qui va être en permanence du côté de Bécancour. La demande est tellement forte. D'une part, les gens de Bécancour souhaitaient et demandaient à plusieurs reprises d'avoir quelqu'un à temps plein, toujours présent sur place. Pour moi, ça va libérer ma ressource actuelle, Philippe Vallières, mais il va continuer à superviser les gros dossiers de Bécancour», a-t-il expliqué.

Déjà, IDE Trois-Rivières avait un conseiller en développement économique à temps partiel pour superviser surtout «des projets structurants, résidentiels et commerciaux». «Jean Lafrenière va continuer à nous donner deux jours par semaine, faisant l'interpellation entre nous et le conseil municipal. Bécancour va donc avoir trois ressources, une à temps plein et deux à temps partiel», se plaît à préciser M. De Tilly.

Celui-ci a fait savoir qu'il aura des choses intéressantes à montrer aux gens lors de l'assemblée générale annuelle de son organisme le 9 mai prochain. «Il y a des choses intéressantes qui se sont passées du côté de Bécancour. Il y en a beaucoup qui s'en viennent», affirme-t-il.

Quand on lui demande de préciser l'intervention d'IDE Trois-Rivières par rapport au parc industriel de Bécancour, M. De Tilly rappelle que la Société dirigée par Maurice Richard a pour rôle principal la gestion du parc, mais que son équipe n'a pas le droit de faire de la prospection internationale, ni de la promotion.

«Ils sont en réponse comptoir pour Investissement Québec qui fait de la promotion et de la prospection internationale. Nous, notre mandat, ce qui a été demandé, est de faire la promotion de Bécancour dans son ensemble. Notre rôle, c'est d'attirer de la PME et on a trois beaux dossiers qui sont sur le point de se concrétiser, que l'on travaille avec la Ville de Bécancour en très étroite collaboration», a-t-il révélé.

Ce dernier insiste pour dire que l'entente est excellente entre IDE Trois-Rivières et Bécancour. «Si, au début, ça a semblé effrayant pour certains, dont Mme Pepin, on démontre au contraire qu'on est extrêmement rentable pour la Ville de Bécancour. Il y a des choses hyper le fun qui s'en viennent. Travailler ensemble, c'est plus le fun», a-t-il conclu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer