L'actualité régionale en bref

Le lancement de la campagne de financement de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le lancement de la campagne de financement de la Fondation québécoise du cancer a été effectué jeudi en présence du docteur François Vincent, coprésident de la campagne, de Daniel Brouillette, président de la campagne, de Michel Meilleur et de Luce Girard, directrice du Centre régional et Hôtellerie de la Mauricie de la Fondation québécoise du cancer.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Fondation québécoise du cancer: objectif de 500 000 $

C'est avec l'objectif d'amasser 500 000 $ que la Fondation québécoise du cancer a lancé, jeudi, sa campagne de financement en Mauricie.

Rappelant que le cancer touchera une personne sur deux au Québec, cette fondation a comme mission de soutenir quotidiennement les gens qui souffrent de cette maladie et leurs proches. La campagne annuelle de financement, dont le thème est «Pour être plus fort face au cancer», soutient la fondation dans la poursuite de son mandat.

La fondation mise sur une équipe énergique pour mener à bien cette campagne de financement. Daniel Brouillette, directeur général des stations de radio trifluviennes Rythme FM et 106.9 FM, agit à titre de président de la campagne.

Le coprésident est le docteur François Vincent, radio-oncologue. Les deux hommes mettront les efforts nécessaires pour sensibiliser les femmes et les hommes d'affaires de la Mauricie aux difficultés vécues par les gens qui sont touchés par cette maladie.

«Ensemble, nous pouvons insuffler force et courage. Je suis heureuse de pouvoir compter sur un cabinet de campagne constitué de personnes engagées et dynamiques», déclare par voie de communiqué Luce Girard, directrice du Centre régional et Hôtellerie de la Mauricie de la Fondation québécoise du cancer.

Présente en Mauricie, en Outaouais, en Estrie, à Québec et à Montréal, la Fondation québécoise du cancer offre depuis plus de 35 ans des services qui répondent à des besoins concrets des personnes malades et facilitent l'accès aux traitements en oncologie.

Les fils pourraient être enfouis sur le boulevard Jean-XXIII

La Ville de Trois-Rivières a l'intention d'enfouir les fils électriques sur une portion de plus d'un kilomètre du boulevard Jean-XXIII, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest.

Mardi, le conseil municipal a voté en faveur d'une résolution visant à demander l'enfouissement d'une ligne d'Hydro-Québec sur une distance de 1070 mètres située entre l'autoroute 55 et le boulevard Mauricien. 

Les travaux, qui pourraient se tenir en 2019, sont déjà envisagés en raison de l'existence d'un programme d'aide financière disponible qui permettrait de couvrir 50 % de la facture.

«On s'y prend maintenant pour que l'on puisse présenter notre demande pour que le projet soit accessible au programme d'aide», explique le maire Yves Lévesque. Si cette aide financière, du fonds «Embellir les voies publiques», est octroyée, elle permettra de couvrir 50 % du budget de 7,3 M$ nécessaire à cet enfouissement.

Autre As de la finance en région

Outre Mario Trahan de Bécancour, Marrouane Nabih, de Trois-Rivières, est aussi finaliste au concours Les As de la finance organisé par la Section du Québec, de FEI Canada, une association intersectorielle de hauts dirigeants financiers.

Si le premier tentera de décrocher la palme dans la catégorie Dirigeant financier d'une petite ou moyenne entreprise, le second fera de même dans la catégorie Dirigeant financier de la relève.

Ayant complété ses études à l'UQTR, Marrouane Nabih est vice-président Finances, Opérations, chez Cascades. Il est d'ailleurs le plus jeune vice-président au sein de l'entreprise et à ce titre, il supervise l'ensemble des activités financières nationales et internationales de Cascades.

(Marc Rochette)

Levée de l'avis d'ébullition à Nicolet

L'avis d'ébullition qui avait été émis par la Ville de Nicolet le 13 avril dernier à la suite d'un bris d'aqueduc est maintenant levé.

Les citoyens des rangs du Petit-Saint-Esprit et de l'Île ainsi que de la rue Alexandre-Poirier qui devaient faire bouillir l'eau avant de la consommer n'ont donc plus à le faire, car la situation est maintenant rétablie.

(Mathieu Lamothe)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer