La FPJQ-Mauricie dénonce l'exclusion des journalistes à une rencontre citoyenne

Le maire Yves Lévesque et la haute direction... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire Yves Lévesque et la haute direction de la Ville ont refusé l'accès aux journalistes à une rencontre à laquelle ont participé une vingtaine de citoyens qui s'étaient déplacés à la séance du conseil pour obtenir des réponses à un problème de refoulement d'égout.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La section mauricienne de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec déplore que des journalistes n'aient pas pu assister à une rencontre citoyenne qui s'est tenue en marge de la dernière séance publique du conseil municipal de Trois-Rivières, mardi soir, et qui portait sur des problèmes de refoulement d'égout dans le secteur Saint-Louis-de-France.

Le maire Yves Lévesque et la haute direction de la Ville ont en effet refusé l'accès aux journalistes à la rencontre à laquelle ont participé une vingtaine de citoyens qui s'étaient déplacés à la séance du conseil pour obtenir des réponses à ce problème qu'ils vivent depuis le 7 avril. 

Lors de la période de questions, ils ont été invités à demeurer à la fin pour rencontrer la direction des Permis et celle des Travaux publics. Cette rencontre s'est finalement tenue à huis clos, et ce, même si les questions avaient été posées lors de la séance publique. 

Les autorités municipales ont expliqué aux journalistes présents que la rencontre était pour les citoyens et que la salle utilisée était pleine. Pourtant, il existe plusieurs salles de taille plus grande à l'hôtel de ville. 

La FPJQ s'inquiète donc de voir une telle pratique à la Ville de Trois-Rivières, d'autant plus qu'elle s'est produite dans le cadre d'une séance publique. 

Elle redoute que les élus ou les fonctionnaires choisissent désormais les questions des citoyens auxquelles ils veulent bien répondre en public et inviter les autres citoyens à demeurer après la rencontre pour répondre à d'autres questions en privé.

La FPJQ déplore que les journalistes présents n'aient pu rapporter au public un portrait complet et fidèle des échanges tenus, sachant que d'autres citoyens sont directement concernés par le sujet immédiat, mais n'ont pu se déplacer à l'hôtel de ville mardi soir.

La FPJQ-Mauricie demande à la Ville de Trois-Rivières de cesser immédiatement cette pratique et de ne plus y avoir recours dans le futur, au nom de la transparence, de la démocratie et de la saine gestion des affaires publiques.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer