Quatre nouveaux glissements de terrain en Mauricie

Sébastien Doire est le directeur régional de la... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sébastien Doire est le directeur régional de la Sécurité civile de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

Le nombre de glissements de terrain continue d'augmenter dans la région. Ayant déjà atteint un record avec 29 glissements en date de mardi, voilà que quatre autres s'ajoutent à la liste, confirmant la première position de la Mauricie et du Centre-du-Québec en matière de glissements de terrain en 2017.

Ces quatre glissements ont été répertoriés mercredi par la Sécurité civile. Les quatre sont survenus à proximité du rang de l'Île à Nicolet.

«Les quatre glissements ne sont pas très loin les uns des autres et ils sont tous en zone agricole», raconte le directeur régional de la Sécurité civile, Sébastien Doire.

La bonne nouvelle est qu'aucun glissement ne semble majeur. Aucune maison n'est à proximité et aucun animal de ferme n'est dans les parages.

Malgré les nombreux glissements de terrain, aucune évacuation n'a été nécessaire.

Avec 33 glissements de terrain, la région est la première au Québec avec plus de la moitié des glissements notés dans la province, soit plus de 50.

«On bat même la marque de 2008, l'année où on avait eu beaucoup de neige, précise M. Doire. On avait eu une vingtaine de glissements cette année-là.»

M. Doire a peu d'explication à offrir concernant ce nombre important de glissements de terrain. Selon lui, la forte présence d'argile dans la région a peu à voir avec la situation, car cette particularité existe tout le long de la vallée du Saint-Laurent.

La Sécurité civile demeure toutefois aux aguets, d'autant plus que la pluie reçue mercredi et celle attendue vendredi devraient gonfler davantage les différents cours d'eau.

«Le niveau du fleuve a baissé un peu, à 3,06 mètres. Mais ça va remonter, car il y a toujours un délai de 24 heures après la pluie pour avoir ses effets. Les petites rivières de l'Outaouais, de Montréal, de la Montérégie vont transporter la pluie vers le fleuve et ça va aboutir chez nous», rappelle M. Doire.

Ces régions vont aussi contribuer au niveau d'eau du fleuve en raison de la fonte des neiges dans leur secteur respectif. C'est sans compter la neige du nord de la Mauricie qui va fondre à court terme et les averses qui devraient ajouter une quinzaine de millimètres d'eau d'ici samedi. 

Le potentiel d'apport en eau découlant de la fonte des neiges du nord mauricien varie de 150 à 180 millimètres.




À lire aussi

  • <em>À propos des glissements de terrain</em>

    Opinions

    À propos des glissements de terrain

    On parle beaucoup depuis quelques jours des glissements de terrain dans la région. Par contre, je n'ai vu nulle part les causes clairement établies,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer