Les chutes de Sainte-Ursule: majesté printanière

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La crue printanière peut causer des ennuis aux riverains, mais génère aussi de magnifiques panoramas dans certains endroits, dont aux chutes de Sainte-Ursule.

Le débit des chutes est passé de 100 mètres cubes d'eau par seconde à 155 en six jours, ce qui dépasse le niveau maximal enregistré (150) en 35 ans.

La direction du parc des Chutes de Sainte-Ursule a d'ailleurs interdit l'accès à sa passerelle et à ses trottoirs par mesure préventive

«La chute est trop forte, confirme la coordonnatrice, Nancy Paillé. L'été, quand on est entre 10 et 20 mètres cubes d'eau, la chute est belle. Au printemps, une crue normale est entre 100 et 120 mètres cubes. On est monté à 160. Et on annonce encore de la pluie.»

Le spectacle est majestueux en cette crue des eaux printanières, surtout à partir de la passerelle qui surplombe la chute. Mais avec le fort volume d'eau de la chute, cette passerelle est sérieusement arrosée.

Images vidéo: Stéphane Lessard




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer