Louiseville: les citoyens rejettent le projet d'égout basse pression

Yvon Deshaies... (François Gervais)

Agrandir

Yvon Deshaies

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) C'est par une majorité de 61 % que les citoyens des secteurs de l'avenue Royale et des boulevards Saint-Laurent Est et Ouest rejettent le plan de la Ville de Louiseville visant à leur offrir le service d'égout via un nouveau système.

Ce dossier qui occupe l'actualité municipale louisevilloise depuis des mois a connu une fin abrupte le 30 mars. À l'issue d'une rencontre d'information concernant l'installation d'une conduite d'égout à basse pression au lieu d'un égout conventionnel, les citoyens ont décidé de ne pas embarquer dans le projet évalué à 1 692 402 $ et profitant d'une subvention de 1 404 694 $.

La rencontre d'information a notamment permis d'apprendre que les coûts d'installation de la conduite et les frais d'achat et de pose de la fosse septique totalisent 13 527 $ pour les maisons résidentielles. Les tarifs reliés aux édifices commerciaux et industriels varient selon le niveau d'utilisation. C'est sans compter la taxe annuelle d'assainissement des eaux usées.

La décision des citoyens déçoit énormément Françoise Hogue Plante. La conseillère municipale a beaucoup travaillé sur ce projet et croyait que le plan de la Ville recevrait l'aval de la population.

«Il y avait beaucoup de choses à assimiler. Le projet prévoyait que la Ville devait faire installer le tuyau et la fosse des citoyens et par la suite leur envoyer la facture. Les gens devaient signer une autorisation, car la Ville ne peut pas aller comme ça sur le terrain d'un citoyen. Mais il y avait 100 personnes à la rencontre, il y avait beaucoup de bruit, des gens m'ont dit qu'ils n'avaient rien compris et n'ont pas voulu signer.»

Yvon Deshaies est aussi déçu du verdict et surpris de la décision. Le maire croyait lui aussi que la proposition de la Ville allait rallier la majorité. Il souhaite maintenant que les modifications annoncées par le gouvernement du Québec concernant le règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées permettent à Louiseville d'utiliser la même subvention pour installer le fameux égout basse pression sans obliger personne à se brancher.

«Si on peut garder la subvention et mettre les lignes en terre, je suis sûr d'aller chercher plus que la moitié des gens, croit le maire de Louiseville. Je ne sais pas si le gouvernement va accepter qu'on pose le tuyau sans avoir un minimum de preneurs. Si le gouvernement nous force à brancher le monde, on n'embarquera pas là-dedans: 60 % des gens ont dit non et on doit respecter ça. Mais sur les 100 personnes, 40 ont dit oui. Je sais qu'aussitôt que le tuyau est posé, j'ai 40 personnes en partant. Et je sais que lorsque la ligne sera posée, des gens vont changer d'idée.»

La conseillère Hogue Plante pense la même chose.

«C'est un beau projet qui coûte trois fois moins cher d'un canal d'égout.»

Les modifications du règlement provincial entreront en vigueur le 26 avril.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer