L'eau cause des problèmes

Dave Gadbois Côté devant la chaussée affaissée du... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Dave Gadbois Côté devant la chaussée affaissée du rang Saint-Louis, à Saint-Paulin.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Paulin) Si vous avez noté que les pluies sont abondantes ces jours-ci, vous ne rêvez pas. Entre mardi et jeudi, la région a reçu une soixantaine de millimètres de pluie. Résultat, les niveaux des cours d'eau sont très élevés, des routes et sous-sols sont inondés et une route s'est affaissée à Saint-Paulin.

Les résidents du rang Saint-Louis à Saint-Paulin, entièrement refait il y a quelques années, ont eu toute une surprise vendredi matin, lorsque la chaussée a commencé à s'affaisser. En après-midi, l'affaissement de la chaussée se poursuivait entraînant l'isolement de deux résidences, dont une ferme d'une trentaine de bovins et de neuf chevaux. Par ailleurs, l'eau du secteur a été coupée à la suite de ces événements. 

D'un côté, près de 200 mètres avaient été grugés par l'eau lorsque la Municipalité de Saint-Paulin a entrepris des travaux de réparation en après-midi. 

«J'avais remarqué de l'accumulation d'eau et j'avais signalé le problème jeudi à la Municipalité», précise Dave Gadbois-Côté, un résident du secteur. «On m'a répondu à la Municipalité qu'elle allait s'occuper du problème après la fonte des neiges.» 

Ironiquement, la chaussée s'est effondrée le lendemain de ce signalement.

L'eau de ruissellement a entraîné l'affaissement de la chaussée, mais aussi l'accumulation de sédiments dans le champ de M. Gadbois-Côté. «Nous cultivons du foin dans ce champ. Il y a maintenant plein de sable dans notre champ. C'est sûr que ça va causer une diminution de la production», estime M. Gadbois-Côté. 

André Auclair est le propriétaire de la ferme située au bout du rang Saint-Louis. Même s'il n'était pas très inquiété par l'affaissement de la chaussée, il indiquait souhaiter que la Municipalité corrige la situation le plus rapidement possible. «Je dois recevoir du foin samedi pour mes animaux», note-t-il. «J'ai aussi une bonne réserve d'eau pour moi-même et mes animaux.»

La Municipalité de Saint-Paulin a commencé les travaux de réparation de la route vendredi. Le directeur général de cette municipalité, Ghislain Lemay, indique que l'intention est de rétablir la circulation locale d'ici samedi. De plus, il semble que les fossés encore gelés et remplis de neige ont empêché l'eau de ruisseler normalement. Malgré tout, les résidents isolés du rang Saint-Louis ont été invités à se rendre à un autre endroit pour passer la nuit. La Sûreté du Québec a dû porter la nuit dernière une attention particulière à ce secteur de Saint-Paulin.  

Des sous-sols inondés à Saint-Louis-de-France

Des sous-sols de résidences des rues Saint-Alexis et Ouellet du secteur Saint-Louis-de-France à Trois-Rivières ont été inondés. Une pompe installée par la Municipalité à l'angle des rues Saint-Alexis et Caron, comme à chaque année à cette période de l'année, a cessé de fonctionner à plusieurs reprises dès jeudi. Ces équipements permettent un meilleur écoulement des égouts alors que le réseau est surchargé. 

«J'habite à cet endroit depuis 25 ans et ce n'est que la deuxième fois que mon sous-sol est inondé. Mais depuis les cinq dernières années, c'est la deuxième fois», affirme Christian Champagne, un résident du secteur. 

L'homme ajoute que la pompe s'est arrêtée plusieurs fois depuis jeudi soir, le moment des premières inondations. «Nous avons téléphoné à la Ville lorsqu'on s'est rendu compte que la pompe ne fonctionnait pas», précise M. Champagne. «Dès que la pompe a été repartie, l'eau a commencé à diminuer. Toutefois, la pompe s'est arrêtée plusieurs fois par la suite. Les sous-sols ont donc à nouveau été inondés.»

Cette fâcheuse situation s'est reproduite à plusieurs reprises. Vendredi en début de soirée, les niveaux d'eau dans les sous-sols étaient à la hausse. «Les entreprises de nettoyages après sinistres avaient même terminé leur travail dans plusieurs maisons. C'est à recommencer», déplore M. Champagne. 

Les rivières sous surveillance

Les citoyens touchés peuvent déposer une demande d'indemnisation auprès de la Ville de Trois-Rivières. Celle-ci évaluera par la suite ses responsabilités dans cette affaire. Toutefois, les résidents espèrent que la Ville corrige les égouts dans ce secteur de Saint-Louis-de-France pour éviter d'installer une pompe au printemps.

La Sécurité civile s'est rendue sur place afin d'évaluer la situation. Celle-ci surveillait également vendredi plusieurs secteurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Les autorités avaient particulièrement à l'oeil la route de la Langue-de-Terre à Maskinongé actuellement inondée. De plus, la circulation se faisait en alternance sur la route 153 à Sainte-Thècle, devant l'érablière aux Mille érables, en raison d'accumulation d'eau sur la chaussée. Un embâcle s'est de plus formé sur la rivière Gentilly à Bécancour entraînant l'inondation et la fermeture de l'avenue des Cendrés.

«Le niveau des rivières est aussi très haut dans le Centre-du-Québec. Mais la majorité des rivières sont à eau libre, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de glace. Le redoux d'il y a quelques semaines ainsi que le travail de l'aéroglisseur de la Garde côtière nous ont sûrement aidés à ce niveau», souligne Sébastien Doire, le directeur régional de la Sécurité civile. 

Les débits des cours d'eau sont toutefois très élevés. Par exemple, la rivière Nicolet s'écoule avec un débit de 400 m3/seconde, alors qu'il était à 40 m3/seconde au début du mois d'avril.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer