Permis d'alcool et citoyenneté canadienne: l'AGEUQTR tenait à être inclusive

Frédérik Farid Borel, conseiller à l'exécutif de l'AGE...

Agrandir

Frédérik Farid Borel, conseiller à l'exécutif de l'AGE de l'UQTR.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Association générale des étudiants de l'UQTR a récemment prouvé qu'elle tient à tous ses membres, incluant les étudiants internationaux.

En septembre dernier, elle recevait en effet une lettre de la Régie des alcools, des courses et des jeux dans laquelle, selon l'article 36 de la Loi sur les permis d'alcool, son permis d'alcool serait révoqué si les administrateurs du Café Bistro La Chasse-Galerie, ainsi que des locaux 1004 et 1012 du pavillon Nérée-Beauchemin, ne sont pas tous des citoyens canadiens ou n'ont pas leur statut de résident permanent.

Frédérik Borel, conseiller à l'exécutif de l'AGEUQTR, indique que «personne ne le savait, même à l'AGE».

Pourtant, la Chasse-Galerie a plus de 18 ans d'existence et n'avait jamais reçu d'avertissement avant à ce propos.

C'est l'AGEUQTR qui est propriétaire du permis d'alcool et il n'est pas rare que son conseil d'administration compte en effet des étudiants internationaux.

«Notre secrétaire général, Jimmy Lacourse, était pas mal désemparé» par cette information. «Il a souffert cette année», dit-il. «Ça a été son dossier prioritaire.»

Remédier à la situation a été un peu compliqué, en fait. L'AGEUQTR a dû retenir les services d'un avocat «pour pouvoir faire des modifications au niveau de ses règlements généraux afin de permettre un changement organisationnel, structurel», explique M. Borel.

Il fallait créer une compagnie indépendante dont l'AGEUQTR est 100 % actionnaire. «On n'a pas le choix. Il faut se conformer à la loi», fait-il valoir.

«On a fait des démarches pour créer une société par actions dans laquelle l'AGEUQTR est actionnaire à 100 % et former un conseil d'administration à part.» 

Les membres du conseil d'administration de la Chasse-Galerie seront donc des étudiants membres du CA de l'AGEUQTR et des citoyens canadiens. Le conseil d'administration général de l'Association, quant à lui, pourra ainsi continuer à accueillir des étudiants internationaux.

L'Association s'est inspirée de ce qui se faisait déjà à l'Université Laval pour faire ses modifications. «Ça fait au-dessus de 20 ans qu'ils utilisent ce modèle et ça marche à merveille», indique M. Borel.

Des ententes ont dû être prises aussi avec l'UQTR qui «s'est montrée très ouverte à permettre cette modification», dit-il. C'est qu'en fonction d'une entente entre l'AGE et l'UQTR, l'AGE ne peut pas louer à une tierce partie. Après quelques explications concernant l'enjeu pour les étudiants internationaux, «l'Université s'est montrée super ouverte», dit-il.

Frédérik Borel se dit heureux que ce dossier soit maintenant presque réglé, à quelques signatures près. «Il y avait un énorme malaise parce qu'on parle d'une association générale et non d'une association générale des étudiants ayant une résidence permanente ou une citoyenneté canadienne», fait-il valoir.

«On a eu l'aval de l'Université, on a passé ça au conseil d'administration dimanche passé. Il ne reste qu'à faire parvenir le tout à la Régie», dit-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer