Consommation des fruits et légumes: une priorité, mais aussi un défi

L'automne dernier, ces jeunes de l'école primaire d'éducation... (Courtoisie)

Agrandir

L'automne dernier, ces jeunes de l'école primaire d'éducation internationale de Trois-Rivières avaient fait des rouleaux printaniers lors de l'atelier Croque Santé.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les fruits et légumes ont une place de choix dans l'alimentation des jeunes pour 93 % des Mauriciens selon un sondage réalisé par Léger pour Metro.

Toutefois, même s'ils sont une priorité pour les parents, il s'agit d'un défi de consommation chez les jeunes de 6 à 17 ans qui mangent à peine la portion recommandée.

Alors qu'il est recommandé d'intégrer 5 à 10 portions de fruits et légumes dans son alimentation quotidienne, le sondage révèle que la consommation moyenne de fruits et de légumes des jeunes de la région surpasse de peu la moyenne provinciale avec 5,3 portions par jour contre 5 pour le Québec.

Le sondage a été effectué récemment auprès de 1555 adultes québécois ayant au moins un enfant âgé de 6 à 17 ans. La moyenne de consommation chez les enfants de la Mauricie de 6 à 12 ans est de 5,6 portions quotidiennement, soit 2,9 portions de fruits et 2,7 portions de légumes.

Les ados de la Mauricie de 13 à 17 ans, quant à eux, mangent seulement 2,2 portions de fruits et 2,3 portions de légumes par jour, pour un total de 4,6 portions.

«C'est tout à fait normal. C'est une tendance qui s'observe partout», souligne Geneviève Grégoire, porte-parole chez Metro.

Il existe différentes techniques pour favoriser la consommation de fruits et de légumes. Le parent doit s'adapter à la personnalité de l'enfant.

«Pour certains légumes, l'enfant doit être exposé à 10 ou même 20 reprises avant d'en apprécier le goût. Les fruits et les légumes sont directement liés à une saine alimentation, notamment en raison de leur apport en fibres, vitamines et minéraux. En les incorporant à la routine de nos jeunes, nous nous assurons de combler leurs besoins nutritionnels et de contribuer pleinement à leur croissance», a indiqué la nutritionniste Linda Montpetit.

Toujours selon l'étude, 56 % des jeunes de la Mauricie participent à la préparation de leur lunch contre 60 % pour la moyenne provinciale et 66 % des jeunes de 6 à 17 ans de la région ont une portion de fruits dans leur boîte à lunch, contrairement à 76 % des jeunes Québécois.

On remarque également que 74 % des parents sondés en Mauricie soutiennent que leurs enfants mangent souvent santé.

Les jeunes de la région préfèrent de loin les recettes classiques (68 %) à la diversité (31 %). Une statistique loin de la moyenne provinciale où l'écart est beaucoup moins prononcé soit 57 % pour les recettes classiques contre 42 % qui préfèrent, eux, la variété dans leur alimentation.

«En Mauricie, c'est 9 % des enfants qui demandent à leurs parents de manger végétarien, c'est 14 % au Québec, et dans la région administrative de Montréal c'est 23 %. C'est une autre différence», souligne Mme Grégoire.

L'étude révèle aussi que les enfants de la région (20 %) apprécient particulièrement la poire dans leur alimentation comparativement à l'ensemble de la province (11 %).

«Les résultats de ce sondage nous rappellent l'importance de poursuivre les programmes de sensibilisation des jeunes à la saine alimentation tels que Croque Santé, qui encourage les écoles primaires et secondaires du Québec à mettre en place des projets favorisant la consommation de fruits et légumes», a souligné Marie-Claude Bacon, directrice principale, Service des affaires corporatives de Metro. 

Cette année, 43 projets ont reçu une bourse de 1000 $ dans la région. Au total, 152 000 $ ont été remis aux écoles de la Mauricie au cours des cinq dernières années.

«Ce qui est super également, c'est qu'on demande que les projets aient une composante de rétroaction vers la maison. On sait que la maison joue un grand rôle dans la question des habitudes alimentaires [...] Les professeurs sont très créatifs et engagés», note Geneviève Grégoire.

Croque Santé sera de retour l'an prochain pour une sixième édition. Les projets pourront être soumis dès septembre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer