Karine Gagné libérée: «C'est merveilleux!»

Karine Gagné a finalement été remise en liberté....

Agrandir

Karine Gagné a finalement été remise en liberté.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Emprisonnée aux Bahamas depuis le mois de janvier, Karine Gagné a finalement réussi à obtenir une libération conditionnelle en attendant la suite des procédures, et du même coup, le droit de revenir au Canada.

De retour en cour à Nassau mercredi, la jeune femme de Bécancour a obtenu sa libération moyennant le versement d'une caution de 5000 dollars américains. Elle avait été emprisonnée après avoir été accusée d'avoir eu une relation sexuelle illégale avec un mineur sur un bateau de croisière où elle se trouvait en voyage.

La jeune femme avait cru que le garçon rencontré dans le casino du bateau était âgé de 18 ans, alors qu'il n'avait en réalité que 15 ans. Le procès de la résidente du secteur Sainte-Gertrude se tiendra au mois de juin. La Bécancouroise a d'ailleurs plaidé non coupable le 3 mars dernier.

Rongés par l'angoisse depuis l'arrestation de la mère de trois enfants, ses proches ont poussé un soupir de soulagement lorsqu'ils ont appris la nouvelle qu'ils attendaient depuis plusieurs semaines.

Sa mère, Chantale Auclair, a confié que cette décision du juge avait enlevé un énorme poids qui pesait sur ses épaules. Elle ne pouvait contenir sa joie en après-midi mercredi. Selon les informations qu'elle a obtenues, elle a déjà été remise en liberté et devrait pouvoir prendre un avion à destination de Montréal très prochainement.

«C'est merveilleux! Je suis encore tout énervée», a-t-elle lancé. Cette dernière a appris la bonne nouvelle par l'entremise d'un message texte envoyé par une des traductrices employées par la firme d'avocats représentant Mme Gagné. Fait à noter, ces dernières sont originaires du Québec.

Le père de la jeune femme de 23 ans, Steve Gagné, est également très heureux que sa fille soit enfin libérée. C'est d'ailleurs lui qui a annoncé la bonne nouvelle à ses trois petits-enfants. Ces derniers sont très excités à l'idée de retrouver leur mère après plus de deux mois. Les retrouvailles devraient être très intenses selon lui.

«Ils sont très contents, car ils pourront revoir leur mère et reprendre leur routine», a raconté M. Gagné.

Autre victoire, le montant de la caution qui a dû être versée est beaucoup moins élevé que celui que ses proches pensaient devoir débourser. À la lumière de ce qu'on leur avait dit, ils croyaient devoir allonger entre 20 000 $ et 50 000 $ américains. Selon sa mère, l'ouverture du juge qui a entendu la requête mercredi a pesé dans la balance.

«C'est un juge qui est sévère, mais qui comprend qu'il y a beaucoup de touristes étrangers qui sont de passage aux Bahamas. C'était la première fois qu'elle passait devant lui et il a rapidement dit que ça devait se régler et qu'elle ne devait pas rester en prison», a expliqué Mme Auclair.

De son côté, M. Gagné se dit satisfait que les quelque 9000 $ qui ont été amassés grâce à la campagne de sociofinancement aient été suffisants pour payer la caution. Ce qui reste et les autres dons qui seront recueillis serviront à payer les honoraires des avocats qui défendent sa fille.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer