Marie-Sol, cinq ans plus tard

Cinq ans après avoir subi une quadruple amputation,... (photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Cinq ans après avoir subi une quadruple amputation, l'artiste Marie-Sol St-Onge nourrit plusieurs projets d'écriture, de peinture et de conférences.

photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y a cinq ans, la vie de Marie-Sol St-Onge et de sa famille basculait. Terrassée par la bactérie mangeuse de chair, l'artiste-peintre et mère de deux jeunes garçons avait frôlé la mort et avait dû subir une quadruple amputation. Incarnation de la résilience, elle a recommencé à peindre, a réactivé son entreprise Les Illusarts, a coécrit deux livres en a illustré un autre, et a prononcé des dizaines et des dizaines de conférences.

«Si je recule et je m'imagine à l'hôpital il y a cinq ans, si on m'avait dit que j'aurais accompli tout ça, j'aurais été impressionnée!», lance Marie-Sol St-Onge dans un éclat de rire. «Je suis étonnée du chemin parcouru», résume celle qui a pu compter sur le soutien de son conjoint Alin Robert pour traverser les longs mois de réadaptation, intégrer les prothèses dans son nouveau mode de mobilité, et entreprendre tous les projets qui lui ont permis de développer son potentiel et de s'épanouir.

«C'est quand j'ai réalisé que j'avais failli mourir que j'ai eu un choc. La première préoccupation a été de continuer à vivre, puis après d'aller chercher le bonheur que j'avais avant cette épreuve-là. Retrouver ma petite vie, mes deux petits amours, puis la peinture. C'est ce qui m'a motivée», confie Marie-Sol, qui a recommencé à dessiner dès l'été suivant son amputation, sous les encouragements d'Alin, alors qu'elle n'avait pas encore de prothèses. Alin avait attaché un crayon à son moignon, et elle a dessiné ce qui allait devenir la toile Renaissance.

Après sa sortie de l'hôpital et avant d'entreprendre sa réhabilitation, Marie-Sol s'est retrouvée «complètement invalide», comme elle le décrit elle-même. «Je ne voulais pas juste regarder les autres vivre. Je voulais gagner de l'autonomie, continuer à vivre moi aussi!» Continuer à vivre signifiait entre autres reprendre son travail de peintre avec ses nouvelles limites, des limites qui l'ont finalement guidée dans une nouvelle définition de sa technique et de son style. «J'ai appris à accueillir les changements au lieu de les réprimer», analyse l'artiste qui a déjà présenté deux expositions solo à Trois-Rivières.

Avec son conjoint, elle a aussi écrit deux livres, Quand l'Everest nous tombe sur la tête, relatant leur cheminement dans l'épreuve, et Robosol et la Cité invisible, une fiction. Elle a également illustré le livre de littérature jeunesse Le défi d'Oscar et Henri, écrit par Nicole Lebel.

Les conférences se sont vite ajoutées à l'agenda du couple. «Les conférences, ce n'était pas un projet de vie, mais maintenant ça fait partie de notre vie. Ça me remplit! Je trouve ça tellement intéressant de partager notre histoire avec les gens et pouvoir les encourager, leur faire du bien quand eux aussi vivent des épreuves. Je me dis que je n'aurai pas tout vécu ça pour rien.»

Ne trouve-t-elle pas lourd, parfois, de replonger dans les moments sombres qui ont marqué sa vie pour les raconter encore et encore? «La conférence a évolué. Avant on racontait tous les détails, mais maintenant, ce ne sont pas tant les détails qui sont importants, mais plutôt toute la philosophie derrière ça. Et on a beaucoup d'humour aussi, alors ce n'est pas lourd», répond Marie-Sol, qui propose une conférence sur le courage et la détermination pour les groupes de tous âges et une autre, Allume ta flamme, destinée aux élèves, sur le thème de la persévérance et des passions.

Cinq ans après que l'Everest lui eut tombé sur la tête, selon sa propre analogie, Marie-Sol St-Onge continue de nourrir plusieurs projets d'écriture (un deuxième tome de Robosol), d'illustration (une autre collaboration avec Nicole Lebel) et de peinture, tout en continuant à donner des conférences et à développer sa boutique en ligne et sa maison d'éditions Les Illusarts.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer