Le Bucafin se refait une beauté

Cécilia Protz est la coordonnatrice du Bucafin. Le... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Cécilia Protz est la coordonnatrice du Bucafin. Le café affiche un nouveau visage depuis un mois.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Bucafin se refait une beauté. Grâce à un investissement de 19 000 $, ce café trifluvien offre depuis un mois un espace mieux aménagé à sa clientèle et jouit d'installations adaptées à la demande.

Le café situé sur le boulevard du Saint-Maurice existe depuis 2002. L'entreprise d'économie sociale compte quatre employés à temps plein et un employé à temps partiel. Le café accueille environ 450 clients chaque semaine et la demande croissante pour les repas a incité la direction à investir dans cet aspect des affaires.

«On avait une cuisine minuscule. On n'avait pas de cuisinière. On n'avait pas de frigos performants. Maintenant, on a tout ça. On a des frigos, un comptoir plus grand pour mieux faire les commandes pour emporter. On a maintenant un espace suffisamment grand en réaménageant la place», raconte la coordonnatrice, Cécilia Protz, heureuse de constater que cette nouvelle cuisine permettra de rehausser et de varier le menu..

Le système électrique a été refait, de même que la plomberie et la peinture. La section buanderie a été réaménagée et offre un coin lecture bien apprécié des étudiants qui viennent effectuer des travaux scolaires.

Étant donné que le café offre la connexion Internet gratuitement, le Bucafin attire une bonne clientèle étudiante. Celle-ci se mélange aux résidents du secteur, aux aînés, aux membres des groupes communautaires et aux représentants d'organismes qui tiennent parfois leur réunion à cet endroit.

La totalité de l'investissement a été financée par Innovation et Développement économique Trois-Rivières. Le bras économique trifluvien a puisé les sommes nécessaires dans un fonds réservé à l'économie sociale, au grand plaisir de Mme Protz.

«La subvention est la bienvenue. Maintenant, on approche la rentabilité. On veut devenir de plus en plus autonome et on veut travailler fort pour atteindre la rentabilité d'ici un an ou deux.»

Le budget de fonctionnement annuel du Bucafin est de 160 000 $.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer