Rock the Beat: encore plus populaire

Les troupes de danse de Rock the Beat... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les troupes de danse de Rock the Beat rivalisent d'originalité dans les costumes et les prestations.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Plus de 600 danseurs de partout au Québec ont brûlé les planches de la 3e édition de Rock the Beat ce week-end. Présenté à l'hôtel Delta de Trois-Rivières, cet événement ne cesse de prendre de l'ampleur.

«Nous avons passé de 450 danseurs l'an dernier à près de 600 danseurs cette année. Certains montent plusieurs fois sur la scène de Rock the Beat. C'est une grosse fin de semaine, c'est vraiment cool», soulignait dimanche Vincent Desjardins, coproducteur de Rock the Beat et propriétaire du studio de danse District V. 

Ces danseurs de tous les âges étaient partout dans le centre des congrès de l'hôtel Delta. Avec leurs jolis costumes, ils se réchauffaient et pratiquaient une dernière fois les chorégraphies avant le moment tant attendu. On sentait beaucoup de stress dans l'air, signe que la compétition était très relevée. 

«Il y a du très bon calibre à Rock the Beat. Des écoles de très grande qualité viennent participer à l'événement», précisait Vincent Desjardins. «La grande majorité des danseurs et danseuses ont entre 12 et 20 ans. Et ils sont de tous les niveaux. Nous avons aussi des plus jeunes et des parents qui ont décidé de se former des groupes.»

Rock the Beat est la nouvelle mouture de l'ancienne Coupe d'art, autrefois organisée par la Picarlène. Les styles de danse sont toutefois très différents. En créant l'événement, Vincent Desjardins voulait donner une orientation plus jeune au rendez-vous artistique en mettant l'accent sur le hip-hop ou le contemporain. «Nous sommes super satisfaits de ce qui se passe en ce moment. Chaque année ça grossit. Il y a du hip-hop, du lyrique, du tap dance. C'est un milieu qui est vraiment populaire chez les jeunes et ça marche super bien», notait le coproducteur de l'événement qui attire énormément de spectateurs qui notent que la danse évolue rapidement dans ce contexte. «Les juges ne veulent pas voir les mêmes choses d'année en année. Ça force les danseurs à être très créatifs.» 

À mi-chemin entre l'art et le sport, la danse est une discipline qui permet à de nombreux jeunes de se développer. Vincent Desjardins est extrêmement motivé par l'influence positive que la danse peut avoir chez les enfants et les adolescents. «Rock the Beat est une belle vitrine pour la danse à Trois-Rivières. Et ça encourage les jeunes à s'accrocher à une belle discipline. Les jeunes qui viennent voir la compétition réalisent que c'est possible de faire de la danse ici, dans notre région», ajoutait l'ancien participant de l'émission So You Think You Can Dance Canada

Les jeunes danseurs ont soumis leurs numéros à des juges de réputation internationale, soit Amy Gardner qui a travaillé avec Justin Bieber, Madonna et le Cirque du Soleil Jared Jenkins, qui a travaillé avec Jennifer Lopez, ainsi que Mel Charlot trois fois championne de l'événement Hip Hop international.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer