Avenue des Draveurs: la Ville recule

L'avenue des Draveurs demeurera.... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'avenue des Draveurs demeurera.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La volonté de la Ville de Trois-Rivières de changer le nom de l'avenue des Draveurs pour la rue Henri-Audet n'aura vécu que quelques jours. Devant la controverse suscitée par cette décision, Trois-Rivières recule. Elle abandonne l'idée, une décision prise d'un commun accord avec Cogeco.

Le conseil municipal adoptait lors de la séance de lundi dernier une résolution visant à modifier l'appellation de cette rue conduisant à l'Amphithéâtre Cogeco. La résolution avait été adoptée à l'unanimité par les élus de Trois-Rivières. Cette décision avait d'ailleurs été accueillie avec joie par la compagnie Cogeco, fondée par Henri Audet.

Cette réaction de la famille Audet a toutefois trouvé peu d'écho au sein de nombreux citoyens trifluviens. Le dossier a été critiqué, notamment dans les pages éditoriales du Nouvelliste et par des lecteurs qui trouvaient que la Ville sacrifiait une partie de son histoire. Cet argument n'est pas valable, selon Yves Lévesque, qui a tout de même décidé conjointement avec la famille Audet de mettre fin à ce projet.

«Quand il y a des arguments qui tiennent la route, j'écoute. Le seul argument qui tient la route est les changements d'adresse. Mais quand on a sorti l'argument qu'on ne rend plus hommage aux papetiers, une rue, c'est une rue. Qu'est-ce qu'on a fait de façon tangible qui rend hommage aux papetiers? C'est le musée (Boréalis)! On a construit un musée à neuf millions de dollars, on injecte 1,2 million de dollars par année. Ça, c'est rendre hommage. Et quand on dit qu'on repassera pour la culture à Trois-Rivières, on est la ville qui investit le plus au prorata de la population. Ce qui est choquant est que les gens oublient les efforts qu'on fait», a dit vendredi après-midi le maire de Trois-Rivières.

Ce dernier se dit attristé de cet abandon. Il justifiait le fait de choisir l'avenue des Draveurs pour la renommer rue Henri-Audet par le fait que cette artère mène à l'Amphithéâtre Cogeco, une infrastructure culturelle, et ce domaine est grandement soutenu par la famille Audet. De plus, le rayonnement international de l'amphithéâtre correspondait bien au rayonnement international de Cogeco.

D'autre part, il était hors de question de rendre hommage à un personnage important dans le développement de Trois-Rivières sous un parfum de controverse injustifiée, selon lui.

«Henri Audet a fait beaucoup pour Trois-Rivières, rappelle M. Lévesque. La deuxième génération fait beaucoup pour Trois-Rivières au niveau économique et comme citoyen corporatif. C'est un bon citoyen corporatif qui crée 600 emplois bien rémunérés. Et il y a l'implication monétaire. Les commandites (de Cogeco), c'est plusieurs centaines de mille dollars. Mais on n'honore pas quelqu'un avec de la controverse.»

Par voie de communiqué, Louis Audet rappelle que la famille a d'abord été très touchée de la décision d'honorer le fondateur de Cogeco de cette façon. Mais devant le tollé soulevé par cette initiative, la famille préfère renoncer à ce projet.

«Bien que la contribution remarquable de notre père soit sans équivoque, en aucun temps nous ne voulons que sa mémoire soit perpétuée sur fond de controverse. Depuis sa fondation, Cogeco a le souci constant d'être un citoyen corporatif exemplaire. Cette décision témoigne encore une fois de notre désir d'être à l'écoute de la communauté qui a vu naître notre entreprise», déclare M. Audet, président et chef de la direction de Cogeco.

Pour l'instant, aucune décision n'a été prise pour trouver une autre façon d'honorer la mémoire d'Henri Audet.

Cette décision de la Ville de Trois-Rivières fera l'affaire des résidents de l'avenue des Draveurs qui désiraient conserver l'appellation actuelle. Un mouvement avait été initié pour préserver le nom de cette rue faisant un lien avec l'histoire de Trois-Rivières. Quelque 50 résidents de l'Adresse sur le fleuve ont signé une lettre qui a été transmise à des élus trifluviens pour souligner entre autres le fait que le changement de nom avait été effectué sans leur consultation préalable, une procédure qui aurait dû être réalisée.

D'autre part, ces citoyens ont reçu vendredi une lettre les avisant qu'à compter du 29 juin, l'avenue des Draveurs s'appellerait la rue Henri-Audet. À ce sujet, la Ville précise qu'elle enverra sous peu une nouvelle lettre aux citoyens de l'avenue des Draveurs pour leur signifier que l'avenue conservera son nom. Le porte-parole, Yvan Toutant, précise du même souffle que la Ville de Trois-Rivières avait en main l'autorisation de la Commission de toponymie du Québec pour modifier le nom de cette rue, projet maintenant abandonné.

Déjà une rue Henri-Audet

Une rue Henri-Audet existe déjà à Trois-Rivières. Il s'agit du chemin François-Chastelain, qui longe l'autoroute 40 du côté sud à la hauteur du secteur de Trois-Rivières-Ouest et qui se situe près du siège social de Cogeco.

Le changement d'appellation a été adopté par le conseil trifluvien en septembre 2015. La modification n'a jamais été apportée, si bien que cette rue porte toujours le nom de François-Chastelain.

Selon Yves Lévesque, les élus ont changé leur fusil d'épaule, malgré le fait que cette résolution a été adoptée il y a moins de deux ans. Le chemin François-Chastelain est peu développé et représente mal le niveau d'implication d'Henri Audet au sein de la communauté trifluvienne.




À lire aussi

  • <em>La grande classe</em>

    Éditorial

    La grande classe

    C'est une bien sage décision que vient de prendre la Ville de Trois-Rivières, après des discussions avec des représentants de Cogeco. L'avenue des... »

  • <em>Une suggestion toponymique</em>

    Opinions

    Une suggestion toponymique

    Tous les dossiers de toponymie soulèvent les critiques, c'est bien connu. Ça touche les gens de façon très viscérale dès qu'on parle de leurs... »

  • Le comité de toponymie revivra

    Trois-Rivières

    Le comité de toponymie revivra

    Trois-Rivières aura de nouveau un comité de toponymie. Le conseil municipal de Trois-Rivières a voté en faveur, lundi soir, d'une résolution... »

  • <em>Le comité qu'il fallait reconstituer</em><strong></strong>

    Éditorial

    Le comité qu'il fallait reconstituer

    Ainsi donc, le maire Yves Lévesque minimise la reconstitution du comité de toponymie à Trois-Rivières parce que, dit-il, ce comité était «en... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer