Le collectif de la tournée «Faut qu'on se parle» dresse huit priorités

Le collectif «Faut qu'on se parle» a tenu... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Le collectif «Faut qu'on se parle» a tenu 174 assemblées de cuisine et 10 consultations publiques dans tous les coins du Québec l'automne dernier.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Au terme de plus de 150 assemblées de cuisine et près d'une dizaine de consultations publiques qui l'ont fait sillonner les différentes régions du Québec, le collectif de la tournée «Faut qu'on se parle» dresse huit priorités afin que les Québécois ne «renoncent à rien».

Plusieurs personnalités bien connues font partie du collectif, dont l'ancien leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois, la militante crie Maïtée Labrecque-Saganash et l'ancien chef d'Option nationale Jean-Martin Aussant.

Au cours d'un point de presse précédant le lancement du livre Ne renonçons à rien, au café du Monument-National, mercredi soir, M. Nadeau-Dubois a appelé à ce que l'éducation soit mise au coeur de l'avenir du Québec, ajoutant que la plupart des inquiétudes entendues durant la tournée concernaient cette question.

Un réinvestissent massif dans le secteur de l'éducation doit se faire, a-t-il plaidé, et cela passe par une diminution du nombre d'élèves par classe et l'embauche de plus de professionnels.

En tout, 6980 propositions ont été reçues des citoyens, a-t-on indiqué.

Soixante pour cent des assemblées de cuisine se sont déroulées à l'extérieur de Québec, a précisé Maïté Labrecque-Saganash.

Le livre tiré de la tournée «n'est pas un rapport», a de son côté assuré la comédienne Véronique Côté, qui a prêté sa plume pour dresser «le bilan sensible d'une expérience humaine qui nous tous déplacés».

Lancée cet automne, la tournée «Faut qu'on se parle» visait à donner la parole aux citoyens sur des enjeux qui les concernent, autour de 10 thèmes: la démocratie, l'économie, la place des régions, l'indépendance, l'éducation, la santé, les relations avec les Premières Nations, la diversité, la culture et le climat.

Les neuf membres du collectif - qui inclut aussi l'urgentologue Alain Vadeboncoeur, la comédienne Véronique Côté, l'agronome Claire Bolduc, le militant de Montréal-Nord Will Prosper, l'étudiante en droit et militante féministe Aurélie Lanctôt et l'écologiste Karel Mayrand - ont maintes fois répété que leur objectif n'était pas de former un parti politique.

N'empêche, ils espèrent que les constats qu'ils tirent de leur tournée permettront de «stimuler le débat public», a dit M. Nadeau-Dubois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer